Élection au MMM : la fronde Obeegadoo attendue au BP

Par Eshan Dinally O commentaire
Steven Obeegadoo

La contestation pour la tenue de l’élection du comité central du MMM pourrait atteindre son apogée, lundi lors de la réunion du bureau politique (BP).

La réunion du bureau politique du Mouvement militant mauricien (MMM) sera marquée par l’intervention de Steven Obeegadoo, de retour au pays, cette semaine. Il est diamétralement opposé à la proposition du leader du parti, Paul Bérenger.  Cette confrontation s’annonce électrique, car les deux hommes se regardent en chiens de faïence depuis un bon bout de temps. D’ailleurs, ils croisent souvent le fer au BP.

Selon nos recoupements, Steven Obeegadoo compte énumérer une série de raisons pour lesquelles l’organisation de l’élection du comité central n’est pas justifiée. Comme Aadil Ameer Meea et Françoise Labelle, la semaine dernière, il cherchera à démontrer que « le MMM a un grave problème  pour échafauder ses priorités ». Selon ses proches amis au sein du parti, l’ancien ministre de l’éducation croit dur comme fer que la direction du MMM perd du temps en ce moment avec les discussions sur la tenue de l’élection du comité central. Alors qu’elle aurait dû ouvrir le débat sur la nouvelle orientation du parti, pour qu’il puisse reprendre le pouvoir. Il est de ceux qui pensent que le MMM doit faire de la politique autrement afin de faire renaître l’espoir parmi les militants déçus. Et pour reconquérir les militants qui ont tenté l’aventure ailleurs.

La confrontation annoncée pour lundi risque de prendre une nouvelle dimension, car certains dirigeants sont déterminés à se ranger du côté de Steven Obeegadoo, au cas où il s’attirerait les foudres de Paul Bérenger. Tout indique que la proposition de tenir l’élection pourrait engendrer une importante scission au sein du MMM. La présente situation ne réconforte pas certains bérengistes, qui n’écartent pas qu’une éventuelle dissension provoquerait davantage de défections. D’autant plus que des dirigeants du Parti Travailliste et du Mouvement socialiste militant feraient des yeux doux à certains dirigeants qui sont contre la ligne adoptée par Paul Bérenger.