Enceinte de quatre mois, elle n’a nulle part où aller

Par Christopher Sowamber O commentaire
Reshma

Reshma (prénom modifié) habite Terre-Rouge. « Suite à une grande dispute, on m’a mise à la porte du domicile familial, depuis je n’ai pas de toit. Je fais le va-et-vient entre le domicile de mes amies et celle de ma voisine. Quand mes amies ne peuvent m’héberger, je trouve refuge chez ma voisine qui a gentiment accepté de m’abriter chez elle, jusqu’à ce que je me trouve un nouveau toit. La plupart du temps, c’est dans un canapé que je passe mes nuits », raconte-t-elle.

Son calvaire

Âgée de 27 ans, elle a à sa charge un enfant de cinq ans. Elle relate son calvaire.

« J’ai vécu en concubinage, j’ai eu un enfant avec mon compagnon. Elle est âgée aujourd’hui de cinq ans. Depuis deux ans maintenant, nous sommes séparés. Je dois avouer que j’étais aussi une femme battue. C’est un calvaire que j’ai subi durant ces années », confie-t-elle. La jeune femme explique qu’elle avait songé à refaire sa vie. « J’ai rencontré un jeune homme peu de temps après ma séparation. Il était au courant de ma situation. Quand je lui ai annoncé que j’étais enceinte de lui, il m’a aussitôt abandonnée. J’ai pourtant cru qu’il m’aimait », dit-elle.

Reshma tient à lancer un appel à la proverbiale générosité mauricienne. « Je souhaiterais obtenir un toit dans la région de Port-Louis ou Terre-Rouge. Je peux payer un loyer mensuel de Rs 3 000. Après mon accouchement, j’espère trouver un emploi pour subvenir aux besoins de mes enfants », dit-elle. Pour toute aide veuillez contacter la rédaction d’Xplik ou K sur le 207 06 66 ou entrer en contact avec la voisine de Reshma sur le 58 07 73 40.