Entendu par la commission Lam Shang Leen - Parvin Appadoo, un «zougader» qui a tout perdu au casino

Par Ashwin Kanhye O commentaire
Parvin Appadoo.

Parvin Appadoo a été interrogé par la commission d’enquête sur la drogue. Ce « zougader », qui a tout perdu au casino du Domaine Les Pailles et aux courses, a travaillé pour les casinos Pallagames, Monte Games et Ti-Vegas. Plusieurs compagnies enregistrées à son nom ont mis la clé sous le paillasson. Il avait lancé un commerce avec son proche Sada Curpen. L’habitant de Terre-Rouge a émis des chèques au nom d’André Joseph Noël pour l’achat d’un hors-bord que Mike Brasse a utilisé pour transporter de l’héroïne de l’île de La Réunion. Voici l’extrait de l’audition de Parvin Appadoo devant la commission.

Paul Lam Shang Leen (PLSL) : Vous faites quoi dans la vie ?
Parvin Appadoo (PA) : En ce moment, je ne fais rien. J’ai perdu mon emploi. J’organisais des tournois de poker au casino Ti-Vegas. C’était un emploi à temps-partiel. Cela fait plus d’un an que je ne travaille pas.

PLSL : Vous avez déjà été condamné pour paris illégaux ?
PA : Oui.

PLSL : Est-ce que vous étiez consultant pour un bookmaker ?
PA : Dans le passé.

PLSL : De quel montant était votre salaire quand vous travailliez ?
PA : Rs 120 000 par mois quand j’étais employé dans les casinos.

PLSL : Et cela remonte à quand ?
PA : Au temps où je travaillais à Pallagames, Ti-Vegas et Monte Games.

PLSL : Sur votre compte bancaire, il y a un versement de Rs 38 000 de Fun World Ltd…
PA : Je recevais Rs 40 000 et le reste, je le recevais dans une enveloppe. C’étaient des primes quand le casino faisait des profits et des tips.

PLSL : Êtes-vous un « zougader » ?
PA : Oui. Je mise beaucoup. Je vais souvent au casino. J’ai tout perdu.

PLSL : Il n’y a pas d’argent sur votre compte. Combien de compagnies avez-vous ?
PA : En ce moment, je n’ai rien. Elles sont toutes fermées.

PLSL : Mais vous avez contracté des emprunts auprès de plusieurs banques. Rs 3,4 millions auprès de la Mauritius Post and Cooperative Bank…
PA : Effectivement. Il faut encore les rembourser. L’argent devait être investi dans un club, mais cela n’a pas marché.

PLSL : La banque n’y a trouvé aucune objection quand vous avez demandé cet emprunt ?
PA : Mes partenaires et moi avons hypothéqué des terrains.

PLSL : Sont-ce les terrains à Le Hochet et à Beau-Bassin ?
PA : Uniquement celui de Le Hochet. Celui de Beau-Bassin appartient à un de mes partenaires.

PLSL : Est-ce que vous louez un bâtiment ?
PA : Il y avait un bâtiment, mais je l’ai vendu en décembre 2015.

PLSL : Vous avez remis l’équivalent de sept mois de location (Rs 14 000/mois) à Sada Curpen. L’avez-vous téléphoné quand il était en prison ?
PA : C’est lui qui m’avait appelé.

PLSL : C’est lui qui empochait l’argent de la location ?
PA : Je lui devais de l’argent.

PLSL : Comment connaissez-vous Sada Curpen ?
PA : J’ai grandi en France. C’est un cousin « de loin ». Je le voyais aussi au casino et au Champ de Mars.

PLSL : Étiez-vous en affaires avec lui ?
PA : Oui. Mais quand il a eu des problèmes, j’ai arrêté.

PLSL : C’est au sein du No Limit Pub que votre ami Sada Curpen a célébré son anniversaire, n’est-ce pas ?
PA : Non. C’est dans un pub à Ébène. 

PLSL : Y avait-il des policiers et des limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit ?
PA : Je ne sais pas.

PLSL : Êtes-vous propriétaire d’un bateau ?
PA : Non. C’est un hôtel qui m’a trompé.

PLSL : C’est quoi votre rôle ?
PA : André Joseph Noël devait acheter un bateau. L’hôtel l’a informé qu’il ne pouvait accepter du cash et qu’il lui fallait des chèques.

PLSL : Est-ce que vous le connaissez ?
PA : C’est un éleveur de porcs qui habite Albion. L’hôtel m’a induit en erreur. On m’a obligé à émettre des chèques. J’ai reçu Rs 10 000 pour chaque chèque émis. Il m’a dit qu’il devait acheter un bateau pour la pêche au gros.

PLSL : Combien d’argent lui avez-vous remis pour l’achat de ce bateau ?
PA : C’est lui qui m’a donné de l’argent. Je ne travaillais pas à cette époque.

PLSL : Il y avait un chèque de Rs 800 000. Mais le bateau a coûté Rs 2 millions. Comment le paiement a-t-il été fait ?
PA : C’est André Joseph Noël qui m’a donné de l’argent pour le verser sur mon compte en banque. J’ai vendu mon bâtiment pour Rs 3,7 millions en janvier 2016 et j’ai placé l’argent à la State Bank of Mauritius.

PLSL : Sur votre compte en banque, il y a un chèque de Rs 2,7 millions et vous venez de dire Rs 3,7 millions ?
PA : Le reste a été utilisé pour rembourser l’emprunt que j’avais contracté.

PLSL : Au sein de la commission, on a des renseignements selon lesquels vous avez pour mission de blanchir l’argent des trafiquants de drogue. On a retracé votre chèque. Connaissez-vous Mike Brasse ?
PA : J’ai lu qu’il vient d’être condamné à l’île de La Réunion pour trafic de drogue.

PLSL : Est-ce que vous avez vu des trafiquants de drogue au casino ?
PA : Je ne fais qu’organiser les tournois de poker. Je suis un consultant.

PLSL : Le terrain à Le Hochet n’a pas été saisi alors que vous devez de l’argent à la banque…
PA : Je suis en négociations avec la MauBank afin de vendre le terrain et rembourser l’emprunt.

Sada Curpen disposé à être entendu

Sada Curpen.

Sada Curpen s’est pointé devant la commission Lam Shang Leen jeudi. Il sera interrogé le 7 mars. « Je suis venu ce jeudi, car mercredi, j’ai entendu à la radio que j’étais introuvable. Les officiers de la commission m’ont fait comprendre que je serai convoqué à une date ultérieure. D’ailleurs, j’ai donné mes coordonnées. Je suis disposé à déposer n’importe quel jour et à n’importe quelle heure », a-t-il fait comprendre.