Entrepreneuriat : Shabnam Esmael ou toutes les facettes de la sécurité

Par Mario Boutia O commentaire
Shabnam Esmael

Shabnam Esmael incarne l’image même de la femme moderne. Entre sa vie professionnelle - elle dirige une compagnie de sécurité - et sa vie familiale, elle est pleinement engagée au sein de l’Association mauricienne des femmes chef d’entreprise, de Women in Networking et au sein de Dale Carnegie Training.

«Il faut rendre à la société ce qui vous a été donné. » Tel est la devise qui motive au quotidien Shabnam Esmael, directrice de CQ-Tech, compagnie de sécurité, spécialiste dans la sécurité à distance et dont le siège est situé à Grand-Baie. Présente à Maurice depuis 1995, sa compagnie a été la première à proposer un système d’alarme sans fil (Wireless). Elle compte plus de 15 000 clients, notamment des institutions bancaires, des bijouteries et des villas IRS.

CQ-Tech a des filiales à La Réunion, aux Seychelles, à Madagascar et aux Comores, entre autres. Elle est à la pointe de la technologie. Ce qui la différencie des autres compagnies de sécurité. Elle assure un système de surveillance 24/7 et ne dispose d’aucun vigile.

C’était une gageure

« Tout repose sur une technologie très avancée », explique Shabnam Esmael. « Il consiste en l’installation d’une alarme avec caméra intégrée, pour assurer une surveillance 24 /7.

Dès que l’alarme se déclenche, le client reçoit immédiatement un appel sur son portable. Il aura le choix d’intervenir directement, ou bien demandera à des tiers d’intervenir. » Ces derniers figurent sur une liste de cinquante personnes qu’il aura soumise à CQ-Tech. Il pourra aussi demander à une patrouille d’intervenir. La compagnie travaille avec des sociétés de sécurité qui disposent de patrouilles. En sus de cela, le client a la possibilité de voir et entendre tout ce qui se passe chez lui depuis son téléphone cellulaire.

« C’était une gageure à l’époque. La technologie sans fil n’était pas aussi développée qu’elle l’est aujourd’hui. Et puis, je tentais de percer dans un monde alors dominé par les hommes. En sus de cela, les études de marché affirmaient qu’il n’y avait pas de place pour une autre compagnie de sécurité », dit-elle. Si la vie de Shabnam Esmael est une réussite sur le plan professionnel, elle l’est autant sur le plan familial. En dépit de ses engagements, elle trouve le temps pour sa famille, notamment pour sa petite fille de dix ans. Elle confie avoir le soutien indéfectible de son mari. « S’il n’avait pas été là, je ne sais pas où je serais aujourd’hui », dit-elle.

Comment réconcilier une vie familiale et ses divers engagements professionnels et extra-professionnels ? Car outre ses activités au sein de l’AMFCE, WIN, et Dale Carnegie Training, la directrice de compagnie est aussi une sportive accomplie. Pour Shabnam, tout est une question d’organisation. « Savoir s’organiser permet d’avoir du temps. C’est aussi une question de discipline et de priorité », conclut-elle.

Une citoyenne du monde
« Dans mes veines, coule le sang indien et iranien. À la maison, on mange des mets gujarati, on parle gujarati et on regarde les films gujarati, indiens, français et anglais. J’ai grandi en France, j’ai une forte culture française et je suis très à l’aise avec la culture mauricienne. Je suis une citoyenne du monde », explique Shabnam Esmael avec un large sourire.

Adepte de la boxe thaï

Malgré son emploi du temps chargé, Shabnam Esmael trouve le temps pour pratiquer du sport. Elle est adepte des arts martiaux. Elle pratique en effet depuis ces quatre dernières années, le Krav-Manga, un art d’auto-défense d’origine israélienne combinant des techniques provenant de la boxe, du judo, du jiu-jitsu, de lutte et de Muay-thaï. Elle pratique aussi la boxe thaïe et la natation.