Formation sur-mesure - Dual Training Programme : la théorie s’allie à la pratique

Par Mario Boutia O commentaire
Dual Training Programme

À travers le Dual Training Programme, les jeunes bénéficient d’une formation à la fois pratique et théorique, assortie d’un diplôme. Ces cours, d’une durée de deux à trois ans, sont dispensés par le ministère du Travail, des Relations industrielles, de l’Emploi et de la Formation, en collaboration avec des entreprises et des institutions tertiaires.

Depuis le lancement du Dual Training Programme (DTP) en juin 2015, 25 entreprises ont parrainé 150 jeunes à travers sept programmes de formation. À ce jour, quatre programmes, impliquant 57 stagiaires, ont été complétés. Le recrutement de nouveaux stagiaires est en cours.

Des cours menant à un Technical Diploma in Mechanical and Electrical Engineering se terminent en septembre 2018. Les stagiaires ont l’occasion de faire leur formation pratique dans une douzaine de sociétés regroupées sous la Mauritius Export Processing Zone Association (MEPZA). La partie académique est assurée par l’université des Mascareignes. Pour y accéder, les jeunes doivent détenir au moins un School Certificate, incluant la physique comme matière.

Un jeune fraîchement sorti de l’université n’a qu’une formation théorique. Il lui manque le côté pratique et les compétences pour le rendre employable.»

La Mauritius Export Association lancera bientôt des cours menant à un Diploma in Industrial Refrigeration, en collaboration avec l’université des Mascareignes. Une quinzaine de jeunes se sont déjà inscrits. D’autres cours menant à un BTS de la MCCI Business School, en collaboration avec des entreprises, complètent la série des formations qui tombent sous le DTP. 

Remboursement

Selon Roland Dubois, Training Consultant, le Dual Training Programme vise notamment à combattre l’inadéquation dans le monde du travail.

Ces programmes sont remboursés par l’État à hauteur de 40 % jusqu’à un plafond annuel de Rs 45 000 par jeune. Les stagiaires perçoivent aussi un stipend mensuel de Rs 3 000, financé par l’État à travers le Human Resource Development Council. Cela équivaut donc à être payé tout en étant formé.

Une demande de la MEPZA pour que le remboursement passe de 40 % à 50 % a reçu une considération favorable du Skills Working Group. Cependant, on attend l’aval du gouvernement qui ne saurait tarder. Mais le plafond annuel de Rs 45 000 reste inchangé.

Une vingtaine d’abandons

Parmi ces 150 stagiaires, une vingtaine, soit 13 %, a abandonné en cours de route. Les raisons évoquées : problèmes de santé, incapacité à suivre la méthode d’enseignement qui suit le système français, mauvais choix de sujets, entre autres. D’autres ont abandonné car ils ont trouvé un emploi permanent. Il ressort que certains sont partis sans donner de raison.
Roland Dubois, Training Consultant, souligne qu’il n’y a pas eu de drop-out dans certains cours, comme ceux menant à un diplôme en Electrical and Mechanical Engineering : « Les 24 stagiaires sont toujours là. »

Culture de l’entreprise

Le consultant explique que ces cours permettent aux stagiaires d’avoir une formation à la fois pratique et théorique. « Un jeune fraîchement sorti de l’université n’a qu’une formation théorique. Il lui manque le côté pratique et les compétences pour le rendre employable », fait-il comprendre. Il avance qu’à travers ces cours, les jeunes apprennent la discipline et la culture de l’entreprise, la communication et le travail en groupe. Il affirme que tout est taillé sur mesure pour les besoins de l’entreprise.

« Mismatch »

Roland Dubois ajoute qu’un des principaux objectifs du DTP est de combattre l’inadéquation dans le monde du travail. « Les stagiaires sont guidés par des experts en entreprise dans l’accomplissement de certaines tâches spécifiques qui sont comprises dans l’évaluation finale du diplôme. » Il prône la discipline chez les stagiaires, ce qui signifie qu’ils doivent être réguliers aux cours dispensés tant au niveau des institutions tertiaires que sur les sites de travail.

Pour Roland Dubois, des pays comme l’Allemagne, La France, l’Angleterre, l’Australie et les États-Unis figurent parmi les plus économiquement avancés du monde, car ils ont massivement investi dans la formation de leurs jeunes. Plusieurs cours ont été complétés avec succès, dont le BTS Assistant de gestion, le BTS en communication, le BTS Banque et le BTS en management des unités commerciales.

Parmi les entreprises qui forment les stagiaires, il y a Aquarelle Clothing Ltd, Consolidated Fabrics, Esquel (Mauritius) Ltd, Maurilait Production Ltée, Phœnix Beverages, Mauritius Commercial Bank et TNT Business Solution.

Chiffres à fin août 2017

Nombre d’entreprises qui forment des stagiaires :  25
Nombre d’accords signés :  27
Nombre de stagiaires : 149
Nombre de stagiaires ayant complété leurs cours : 57
Nombre d’abandons : 20
Number d’échecs : 3
Toujours en cours : 69