Fraude fiscale présumée : des hypermarchés dans le viseur de l’Icac

Par Nasif Joomratty O commentaire
icac

La commission anticorruption a effectué des descentes dans plusieurs grandes surfaces, jeudi. Elle enquête sur des manipulations de reçus concernant le paiement de la taxe.

Une chaîne d’hypermarchés est dans le collimateur de l’Independent Commission Against Corruption (Icac). Les hommes de Navin Beekarry soupçonnent une évasion fiscale. Ils disposent de certains renseignements permettant de penser que plusieurs produits vendus par l’hypermarché auraient été classifiés en tant que zero tax products, de manière frauduleuse. 

Dans la journée du jeudi 25 janvier, des équipes de l’Icac ont effectué des descentes simultanées dans trois succursales de cette chaîne d’hypermarchés, situées à Grand-Baie, Curepipe et Ébène. Des livres de comptes, des équipements informatiques et des reçus ont été saisis.

L’opération fait suite à une enquête de longue haleine enclenchée par la commission anticorruption en 2017, à la suite de renseignements obtenus. Les enquêteurs disposent également de renseignements concernant des manipulations de reçus, par rapport au paiement de la taxe. 

L’Icac compte désormais procéder à une analyse financière des différents comptes de cette chaîne d’hypermarchés. Des équipements et des données informatiques ont également été saisis. Le département Cyber Forensics de l’Icac, spécialisé dans l’analyse de documents et informations informatiques, sera chargé de cette partie de l’enquête. L’Icac veut déterminer s’il y a des compagnies fictives gérant les sommes qui auraient dû être payées à la Mauritius Revenue Authority (MRA).

Jusqu’à présent, la commission anticorruption a établi que des zero tax items ont été inscrits dans le livre des comptes, pour remplacer d’autres articles vendus, notamment des parfums.  À ce stade de l’enquête, les enquêteurs veulent déterminer le modus operandi. Si leurs soupçons se confirment, cette « fraude » représenterait une perte considérable pour l’État. L’enquête de l’Icac s’attache également à déterminer si d’autres enseignes de supermarchés et d’hypermarchés s’adonneraient à cette pratique frauduleuse. Des interpellations de responsables pourraient avoir lieu.