Gerhard Pienaar : «Recherche et développement sont bien intégrés dans l’économie mauricienne»

Par Zaina Ollite O commentaire
Gerhard Pienaar

Maurice et l’Afrique du Sud sont les deux seuls pays de la région de l’Afrique subsaharienne qui sont les mieux placés en termes de compétitivité, avance Gerhard Pienaar, Deputy Head – Economic Cooperation du Secrétariat d’État à l’Économie suisse (SECO), en Afrique du Sud.

Parlez-nous de l’organisation SECO ?
SECO est une organisation qui est la branche du développement en Suisse. Nous finançons des projets de développement notamment des pays africains (Afrique du Sud, Ghana, Egypte et Tunisie entre autres) sur une période de quatre ans : de 2017 à 2020. Le but est de permettre la croissance économique et  l’innovation dans ces pays et de fournir des fonds de subvention afin d’augmenter la croissance durable et économique,  d’accélérer l’innovation. Les projets visent à créer de l’emploi, favoriser le développement des infrastructures et de l’urbanisme durable, le renforcement du secteur privé,  la gestion des ressources,  l’émergence d’un secteur privé plus compétitif et des institutions solides pour des services publics fiables.

Quels sont les pays qui se distinguent actuellement dans la région ?
En ce qui concerne l’innovation et la compétitivité, l’Afrique du Sud et Maurice sont les deux seuls pays de la région de l’Afrique subsaharienne qui sont les mieux placés dans le classement du Rapport Global sur la Compétitivité. Toutefois, d’autres  pays ont commencé à émerger dont le Ghana, le Botswana, la Sierra Leone, le Kenya et la Zambie. Ils font exceptionnellement bien depuis ces deux dernières années.

À noter que ces pays évoluent en ce qu’il s’agit des innovations et deviennent plus concurrentiels. De plus, le Nigeria excelle dans le domaine de la compétitivité. Il n’est pas étonnant que le Ghana soit l’un des pays prioritaires du SECO pour la coopération au développement économique. L’un des objectifs de ce programme est d’accroître la compétitivité économique du Ghana. Ce pays est un ancrage de la stabilité en Afrique de l’Ouest, et depuis 2010  il a été classé comme un pays à revenus intermédiaires.

Quel est le potentiel de Maurice en termes d’innovation ?
Maurice a déjà une bonne base pour promouvoir l’innovation. C’est  un avantage.  La recherche et le développement sont très bien intégrés dans l’économie mauricienne. L’île Maurice est également très connectée à des économies plus concurrentielles.

Cela représente un avantage majeur. Toutefois, il faut mettre l’accent sur la compétence des jeunes et des travailleurs. Il y a le défi qui consiste à embaucher des travailleurs réellement qualifiés. Une solution peut cependant être  trouvée dans des  programmes d’échanges avec des pays plus innovants tels que la Suisse, entre autres. De plus, la numérisation est l’un des facteurs clé de l’innovation. Pour conclure, Maurice a un grand potentiel en matière d’innovation et il est mieux situé géographiquement.