Gitanjalie Jhotee espoir de la peinture mauricienne

Par Pradeep Daby O commentaire
Gitanjalie Jhotee

En 2016, à l’occasion de la 8e édition du concours national de peinture organisé par le Shiva Yoga Centre de Mon-Goût, Gitanjalie Jhotee s’était classée 2e. Cette année, la jeune fille a enlevé le 1er prix dans un concours où les finalistes devraient travailler à même le sol sur la thématique Étoile et Nuage.

« J’ai toujours aimé dessiner »

C’est dans le milieu naturel luxuriant de Vallée-des-Prêtres, que Gitanjalie Jhotee, 19 ans, puise son inspiration. La montagne, les arbres, les sous-bois vallonnés, les cours d’eau sont autant de matériaux qui peuplent son imaginaire jusqu'à l’amener à coucher en peintures, crayon et couleurs délavées, une vue de la mer, avec la montagne en arrière-plan. C’est ce tableau peint en 35 minutes sur du papier A3 qui lui a valu le 1er Prix, le 28 octobre 2017, à la Maison Eureka, à Moka, qui a toujours abrité la finale.

« J’ai toujours aimé dessiner. Chez moi, je peins sur les murs et les cadres. Durant mes études secondaires, j’ai aidé mon collège à participer à des concours de peinture et c’est comme cela que je me suis inscrite au concours 'Le Juge de Segrais', de 2016 », raconte cette fille au sourire avenant. L’année dernière, le vote du public l’a classée au
2e rang, cette année, elle a remis le couvercle, en recourant à l’aquarelle et le crayonnage.

Inscrite dans la catégorie des 19-29 ans, elle était en lice avec six autres participants qui ont réussi à passer l’étape des préliminaires. Comme elle était déjà accoutumée à la pratique du dessin, exécuté à même le sol et avait encore en tête les images d’une mer du sud, récemment visitée, une demi-heure sur les 45 minutes imparties lui a suffi pour plier son projet. « Chaque participant disposait d’un espace d’environ six pieds carrés, personne ne pouvait voir le travail de son voisin », explique-t-il.

L’évaluation était faite par six membres du jury qui notaient les travaux durant leur exécution. « Rien ne transpirait de leurs observations, ils ne s’attardaient devant aucun participant », raconte encore Gitanjalie. Ce n’est qu’au moment de la remise des travaux qu’elle a vu de manière furtive d’autres dessins.

Au moment de la proclamation, durant le compte à rebours, elle avoue que l’idée d’avoir décroché le 1er prix l’avait effleurée. « Puis, lorsque mon nom a été prononcé, j’ai été plutôt sereine, à moitié surprise. » Il reste maintenant le prix du public qui sera décerné le 3 décembre 2017, à Château Ville-Bague, à Pamplemousses, lors de l’exposition des peintures primées. Une 3e récompense, après celle de 2016, ne surprendrait personne.