Icac : l’interrogatoire de Shahebzada Azaree à un tournant décisif

By Cedric Ramasawmy O commentaire
Shahebzada Azaree

Après deux jours d’interrogatoire, le patron de l’enseigne Gloria Fast-Food se rend de nouveau à l’Independent Commission against Corruption ce vendredi 21 avril. Il sera interrogé sur ses mises aux courses et au casino.

Shahebzada Azaree n’est toujours pas tiré d’affaire. Le propriétaire de la chaîne de restauration rapide Gloria devra se présenter une nouvelle fois dans les locaux de l’Independent Commission against Corruption (Icac), à Réduit. Ce troisième interrogatoire sera déterminant pour la suite de l’enquête sur les saisies record d’héroïne faites en mars. La valeur de cette drogue est estimée à plus de Rs 2 milliards et la commission anticorruption s’intéresse au volet du blanchiment d’argent.

Le mercredi 19 avril, Shahebzada Azaree a été interrogé pendant plus de cinq heures sur son business, ses voyages et ses finances. Le patron de Gloria a été à nouveau entendu under warning et pendant plusieurs heures le jeudi 20 avril. Le deuxième jour de son interrogatoire, il a été question de ses déplacements à l’étranger, notamment à la Réunion, en France, en Angleterre et à Dubayy.

Les enquêteurs se sont également intéressés aux acquisitions et aux ventes faites par l’homme d’affaires ces dernières années. Sur cet aspect de l’enquête, Shahebzada Azaree a expliqué que c’est son comptable qui gère tous les documents. Ce dernier a également été appelé à s’expliquer jeudi après-midi. Ses explications n’ont pas été jugées satisfaisantes par l’Icac.

Et ce vendredi 21 avril, les enquêteurs de la commission anticorruption interrogeront le patron de Gloria sur les montants misés dans les casinos et au Champ de Mars. Les enquêteurs cherchent à déterminer si le capital de ce dernier correspond à la profitabilité de ses affaires.


Deux autres personnes interpellées

Outre Shahebzada Azaree et son comptable, les enquêteurs de l’Icac ont interpellé deux personnes. Il s’agit d’une dénommée Christelle, qui est propriétaire d’un magasin, et de son partenaire en affaires, un habitant du Sud.

La femme avait déjà été arrêtée pour trafic de drogue. Son époux purge une peine pour un délit similaire. Il nous revient qu’elle rendrait régulièrement visite à un autre trafiquant de drogue.

Le chiffre d’affaires réalisé par la gérante a intrigué les enquêteurs. Elle a expliqué que c’est son partenaire en affaires qui gère le magasin. Ce dernier, propriétaire d’un snack, a été interpellé jeudi. La somme de Rs 100 000 a été trouvée sur lui. Les enquêteurs ont voulu faire une descente à son domicile mais il a dit qu’il ignorait où il habitait, affirmant qu’il était malade. Il a été conduit à l’hôpital.