Il tue son père et recouvre le cadavre de ciment - Ronny Ramchurn : « Il voulait me chasser de la maison avec un couteau »

Par Le Défi Plus O commentaire
Ronny Ramchurn

Krisnaduth Ramchurn, 65 ans, a connu une fin atroce. Cet ex-caporal de la National Coast Guard a trouvé la mort entre les mains de son fils Ronny Ramchurn, 26 ans, dimanche 21 janvier. Après l’avoir mortellement roué de coups, le jeune homme a placé le cadavre de son père dans un tonneau et l’a enseveli sous du ciment. Au cœur de cette épouvantable agression, l'ancien policier aurait une liaison avec une voisine.

Son fils unique n’aurait pas supporté qu’il quitte le toit conjugal pour ensuite y revenir. Cependant, nul ne s’attendait  que Ronny, jeune informaticien, marié et père de famille, aille jusqu’au meurtre. « Il avait pris un couteau et a voulu me chasser de la maison », devait soutenir le suspect aux enquêteurs pour sa défense.

Pourtant, la famille Ramchurn, la loi, elle la connaît. Krisnaduth Ramchurn, aussi appelé Vinod, était policier et ses deux frères Mahadeo, 68 ans, est un ancien assistant surintendant et Sandesh, 55 ans, exerce encore comme caporal. Leur plus jeune frère Deepak est, lui, pompier.

Vinod est né et a grandi à Grande-Rivière-Sud-Est. Il est issu d’une fratrie de huit enfants, dont quatre filles. Il a étudié jusqu'à obtenir le School Certificate. « C'était un passionné de sport. Il adorait la natation », explique son frère aîné, Mahadeo.

Après ses études secondaires, Vinod Ramchurn n’a pas tardé à intégrer la force policière. « À cette époque, la police recrutait. Il était athlétique et a facilement rejoint les forces de l’ordre dont je faisais déjà partie », ajoute cet ancien haut gradé.

Bon vivant

Puis il s’est marié à Sunita. « Mon frère était un bon vivant, il s’est marié à la trentaine », poursuit Sandesh. Toutefois, aux dires de ses proches, Vinod n’était pas heureux. « Il n’y avait pas d’entente dans son foyer et c’était source de disputes entre son épouse et lui », ajoute Sandesh. « Après la naissance de sa fille et de son fils, quelques années plus tard, les choses ne s’étaient guère arrangées. C’était toujours mon frère qui préparait les enfants pour les envoyer à l’école. Il s’arrangeait pour qu’ils ne manquent rien », explique-t-il.

Liaison extraconjugale

Au fil du temps, expliquent ses proches, Vinod aurait commencé à aller voir ailleurs. « Il lui est déjà arrivé d’avoir des aventures », concède un de ses frères. Attitude qui aurait fini par irriter sa petite famille.

Entre-temps, Ronny était devenu un homme et avait fondé sa propre famille alors qu’une de ses sœurs s’est mariée également et est partie vivre ailleurs. Après 35 ans de longs et loyaux services au sein de la police, le caporal Vinod Ramchurn a pris sa retraite, il y a quatre ans. Il a passé une grande partie de sa carrière à la National Coast Guard.

Toutefois, la situation est restée tendue dans la maison où vivent également sa bru et leur petite fille. Selon la version de Sunita à la police, elle était victime de violence conjugale. Et il y a quelques mois, leur situation s’est envenimée. L’épouse s’était rendue au poste de police de Bel-Air pour porter plainte contre l’ex-policier pour agression. Vinod avait également porté plainte contre son fils pour injures. À l’origine, une liaison que l’ex-caporal aurait entretenue avec une voisine.

Il n’y avait pas d’entente dans son foyer et c’était source de disputes entre son épouse et lui »

Il y a quelques semaines, Vinod a quitté le toit conjugal. Ses proches avaient alors pensé qu’il avait déserté la région avec sa prétendue maîtresse. Il est retourné chez lui le 19 janvier dernier. Mais ce retour n’allait guère arranger les choses.

Vinod s’est rendu à la police pour consigner une déposition par mesure de précaution. Son épouse l’aurait menacé de faire des fausses allégations contre lui si jamais il revenait s’installer chez lui. Et le dimanche 21 janvier, le drame s’est joué au cours d’une énième dispute avec son fils Ronny.

Le fils raconte l’horreur

Dans sa version aux enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Bel-Air, dimanche, Ronny indique qu’il était seul à la maison avec son père et qu’une dispute a éclaté au sujet de la relation extraconjugale que le papa aurait entretenue avec la voisine.

« Mo papa finn pran enn kouto ek linn dir mwa deor depi dan lakaz », devait-il soutenir.  Il aurait alors agi dans un moment de colère. « Monn pran enn dibwa  monn tapp lor so latet. Li finn tombe ». Il a ensuite a pris le corps et l’a déposé à la salle de bains.

«  Je me suis rendu à une session de prières. J’ai pris ma mère et mon épouse qui y étaient déjà et je les ai emmenées à Vacoas et à Triolet », devait-il indiquer aux enquêteurs. De retour à la maison, seul, il a pris le cadavre pour le placer dans une autre pièce. Le lendemain, il s’est rendu à Bramsthan pour acheter un tonneau et du ciment. Il dit avoir placé le tonneau dans le garage et a une nouvelle fois déplacé le cadavre.

« Mo ti pe riss so lamin, me kan monn trouv so lapo pe komanss sorti, monn pran enn sintir mon met kot so likou et monn kontinye risse. Mo finn per tansion likou la sorti, mo finn pran enn dra monn envelop li e monn met li lor enn boutt matela monn risse. Monn vers drom la e monn met li ladan. Apre monn mett sima lor li e monn rekouver li  » devait-il préciser aux enquêteurs.

Une fois le corps dissimulé, il a pris le drap qu’il avait utilisé et l’a mis dans un sac de même que le morceau de matelas. Il a tout balancé sur la toiture de la maison de son oncle juste à côté.

Mahadeo et Sandesh se sont inquiétés après que des proches les ont informés qu’ils n’avaient plus des nouvelles de Vinod. « Nous sommes allés le voir, mais son fils nous a dit qu’il n’était pas là et nous avait refusé l’accès à la maison. Nous avons signalé la disparition de mon frère à la police. Jeudi des policiers sont venus sur place et tout s’est déclenché », explique Sandesh.

Les policiers ont vu le bout de matelas et le sac sur le toit de la maison de l'oncle. Ils ont fouillé la maison et ont été interpellé par l’odeur nauséabonde qui s’en dégageait. C’est ainsi que le cadavre en état de décomposition de Vinod a été retrouvé dans le tonneau. L’autopsie a révélé que la victime est morte d’une fracture du cou et portait plusieurs blessures au crâne.

Inculpé de meurtre

Ronny Ramchurn a comparu devant le tribunal de Moka vendredi. Il a été inculpé provisoirement de meurtre. La police a objecté à sa remise en liberté sous caution. Il sera interrogé sous vidéo surveillance ce samedi. Il sera assisté d’un homme de loi.

L’épouse et la bru de Vinod Ramchurn ont été interrogées jeudi. Elles nient toute implication. Elles ont expliqué qu’elles s’étaient rendues à une session de prières et que Ronny est venu les rejoindre pour les conduire à Vacoas et à Triolet. Elles ont été autorisées à partir. Les deux seront de nouveau entendues ce samedi pour plus de précisions sur les événements de cette soirée fatidique.

Les funérailles de l'ex-caporal ont eu lieu vendredi. L'épouse et la bru étaient absentes aux rites funéraires.