Importations : les mesures extrêmes de contrôle en vigueur

Par Fabrice Jaulim O commentaire
Légumes

Tout est mis en œuvre pour empêcher une éventuelle propagation de maladies dans le pays avec les importations actuelles des fruits et légumes. Les autorités font allusion, en particulier à la listériose qui sévit en Afrique du Sud depuis de nombreuses années déjà. Il s’agit d’une maladie qui se propage sous terre à travers les excréments d’animaux.

« Il n’y a pas lieu de paniquer », avance toutefois une source du ministère de l’Agro-industrie. Maurice a en somme établi un protocole rigoureux de contrôle sur les différentes importations. Les fournisseurs ont à satisfaire les conditions phytosanitaires exigées par Maurice. Ils doivent fournit une garantie écrite de la qualité à l’Agricultural Marketing Board. Si les normes n’ont pas été respectées, ils seront rayés de la liste des exportateurs et devront, en outre, dédommager l’Office des marchés.

Une équipe du National Plant Protection Office et du service vétérinaire se chargent de contre-vérifier la certification de l’exportateur sud-africain. Les échantillons sont envoyés plus d’une semaine avant l’exportation. L’AMB compare les résultats avec ceux certifiés par l’exportateur. Pour le moment, les examens sont favorables à l’importation. La vigilance est de mise.