Incendie à Shoprite, Trianon - Darsan, le témoin principal : «L’effondrement d’un faux plafond a propagé les flammes»

Par Irfaad Olitte, Fabrice Jaulim, Kendy Antoine O commentaire
Incendie à Shoprite, Trianon

L’incendie circonscrit, la police s’attelle à boucler son enquête. Un dénommé Darsan est le témoin clé de la police. Il déclare avoir essayé d’éteindre le feu avec deux autres employés de Shoprite mais, que la chute d’un faux plafond a empiré les choses. Darsan dit avoir vu Dineshwar Domah pour la dernière fois dans la matinée de dimanche.

Quelques jours après l’incendie ayant détruit l’entrepôt de Shoprite à Trianon, la police continue à enregistrer les versions des différents témoins présents sur les lieux le jour du sinistre. Mercredi, les membres de la CID de Rose-Hill menée par le surintendeant de police Daniel Monvoisin ont entendu le témoin principal. Il s’agit d’un dénommé Darsan, employé de Shoprite. C’est lui qui a découvert l’incendie dans l’entrepôt de Shoprite. Le feu a éclaté aux alentours de 17 heures

« Ce sont les emballages en plastique utilisés pour la nourriture qui a pris feu en premier. Fano, un agent de sécurité, Fezal et moi avons essayé d’éteindre le feu à l’aide des extincteurs », raconte le témoin dans sa version des faits à la police.

Mais les choses se sont compliquées. « Un faux plafond s’est effondré. C’est à ce moment précis que les flammes se sont propagées provoquant une épaisse fumée noire », témoigne Darsan.

Alarme

Vu la gravité des choses, il dit avoir vite compris qu’il ne pourra venir à bout des flammes. Ce témoin a alors déclenché l’alarme et s’est alors mis à hurler aux clients et à ses collègues de vider les lieux.

« Dans un premier temps, nous n’étions pas paniqués. Cela, parce que nous avons reçu une formation en cas d’incendie. Nous avons essayé de combattre le feu, mais quand l’épaisse fumée noire a commencé à se dégager de l’entrepôt, c’est là que nous avons quitté les lieux tout en adoptant un plan d’évacuation d’urgence. Tous les employés ont quitté les lieux sains et saufs », dit Darsan

Questionné sur la présence de Dineshwar Domah, ce témoin dit l’avoir vu dans la matinée de dimanche uniquement. « C’est au moment où nous faisions l’exercice de call back que nous nous sommes rendu compte que Dineshwar Domah manquait à l’appel. Nous étions dans la section des produits frigorifiés alors qu’il se trouvait dans la section alimentaire de l’entrepôt. J’ai le moral au plus bas », dit Darsan au Defi Quotidien.

L’exercice de déblayage a été suspendu en début de soirée, mercredi. Les recherches en vue de retrouver Dineshwar Domah se poursuivront ce jeudi.


Un comité planche sur la date d’une éventuelle réouverture

L’incendie est maîtrisé, il faut maintenant que tout retourne à la normale. Les commerces du Trianon Shopping Park sont fermés depuis dimanche soir et le président du complexe est à Maurice pour rencontrer les locataires. Plusieurs comités ont été mis sur pied pour une reprise des opérations. Par ailleurs, les dirigeants de Shoprite n’ont pas encore eu accès au bâtiment ravagé pour faire une évaluation des dégâts.

Mercredi, le ministre des Collectivités locales, Mahen Jhugroo a animé un point de presse en compagnie des propriétaires du Trianon Shopping Park, Danil Ismaël et Richard Ismaël.

Sir Bhinod Bacha, qui représentait le Bureau du Premier ministre, a révélé qu’un comité technique démarre ses travaux ce jeudi. Il aura pour tâche de faire un constat de la situation. Les membres du comité devront se rendre sur place. « La population attend la réouverture nous allons venir avec des recommandations pour voir quelle partie du complexe pourra être opérationnelle ».

En ce qu’il s’agit des produits comestibles, les techniciens du ministère de la Santé ont donné l’assurance que ceux avariés seront détruits. « Nous n’allons pas permettre la vente de produits contaminés ou avariés, nous serons sans pitié », souligne Mahen Jhugroo. Les propriétaires du Trianon Shopping Park vont rencontrer les locataires ce jeudi en compagnie des représentants de plusieurs ministères, de la police et des pompiers. Le but, c’est d’arrêter une date pour la réouverture. La priorité, selon Danil Ismaël, c’est de retrouver le jeune homme porté manquant et redémarrer les opérations. « Nous estimerons ensuite les pertes », dit-il.

Mahen Jhugroo souligne, pour sa part, qu’il est temps de revoir les normes de sécurité des centres commerciaux et leurs entrepôts. Il prévoit, à cet effet l’installation de dispositifs d’arrosage anti-incendie dans tout le bâtiment.

Dorsamy Ayacouty, l’Assistant Chief Fire Officer, soutient, pour sa part, que les centres commerciaux du pays doivent respecter les normes de sécurité et que l’inspection des bâtiments sera effectuée chaque année. « Les pompiers sont en possessions des plans des centres commerciaux », soutient-il.

La firme Shoprite souligne, dans un communiqué, que les employés de l’hypermarché de Trianon ont été mis en congé. Les dirigeants n’ont pas encore eu accès aux locaux de l’hypermarché pour évaluer les dégâts. « Le bâtiment est sous la garde des autorités nous attendons leur feu vert pour effectuer une évaluation », ajoute le service de communication de Shoprite.

Plusieurs tonnes de déchets enlevées pour retrouver le jeune disparu

Cela fait plus de trois jours que les sapeurs-pompiers et la police sont à pied d’œuvre dans l’entrepôt de l’hypermarché Shoprite. Après avoir maîtrisé l’incendie mardi après-midi, les secouristes portent actuellement tous leurs efforts dans l’opération Search and Rescue afin de retrouver Dineshwar Domah, 24 ans. Il s’était retrouvé pris au piège dans l’entrepôt au moment où le feu s’est déclaré dimanche vers 18 heures. Les équipes de recherche ont commencé un exercice de déblayage dans le bâtiment pour se frayer un passage pour retrouver le jeune homme. Les éléments de la Special Mobile Force, ceux du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM) et les sapeurs-pompiers se sont constitués en plusieurs équipes.

Munis de torches, portant des casques et des gants, ils ont pénétré l’entrepôt ravagé par le terrible incendie. La tâche s’annonce rude pour les cinq hommes de chaque équipe. « Il y a toujours une forte chaleur », révèle un officier à sa sortie de l’entrepôt. Au fur et à mesure qu’ils progressent dans le bâtiment qu’ils ont délimité en secteur 1 et 2, ils se sont débarrassé des débris.

L’exercice dure plusieurs heures impliquant 62 pompiers et 50 soldats de la SMF dans l’opération de ratissage et de sauvetage. À 16 h 45 mercredi, 250 tonnes de débris, selon les indications, ont été enlevées. « La visibilité s’est nettement améliorée. Dans le secteur 1, nous avons pour le moment pu enlever deux tonnes de débris et une tonne dans le secteur 2. Nous allons poursuivre nos recherches » ajoute-t-il.

La priorité est de retrouver le jeune disparu, dit-il. Dès que ce sera fait, c’est la police qui prendra le relais. Les recherches se sont arrêtées en début de soirée. Elles reprendront ce jeudi matin. Les parents ont passé une quatrième nuit sur le site en gardant espoir que les recherches finiront par aboutir.