Infrastructures : trois projets pour ranimer le port de Mahébourg

Par Ronnie Antoine O commentaire
Port de Mahébourg

Mahébourg devrait bientôt être doté d’un port capable de soutenir des activités dans le domaine de l’aquaculture et pour accueillir des bateaux de plaisance. La Mauritius Ports Authority prévoit des développements dans ce sens et est actuellement à la recherche de constructeurs du privé pour lancer trois projets.

Après avoir été négligé pendant de longues années au profit de Port-Louis, Mahébourg est en passe de prendre du gallon. La Mauritius Ports Authority (MPA) compte lancer cette année trois projets de développement autour du Mahébourg Waterfront pour faire du village côtier un port actif. Ces développements font partie du Port Master Plan proposé en 2016 et les autorités portuaires recherchent des partenaires du privé pour développer le projet et apporter le financement nécessaire. L’ampleur des projets en question dépendra entièrement de ce que proposeront ces partenaires du privé.

Les trois projets combinés devraient apporter un boost à la pêche et à d’autres activités économiques liées aux produits de la mer, mais aussi aux embarcations de plaisance. Le premier projet consiste en une jetée adjacente au Waterfront, destinée aux embarcations de plaisance. Le deuxième est un débarcadère destiné aux bateaux liés à l’aquaculture dans le lagon. Ce qui implique des produits de la mer autres que le poisson, bien que la Ferme Marine de Mahébourg se trouve déjà dans les environs. Le troisième projet verra la construction d’infrastructures permettant le mouillage dans une zone protégée des intempéries. L’installation de brise-lames est une option pour la protection des bateaux concernés.

Partenaires du privé

La MPA espère que ces trois projets permettront de développer le potentiel de Mahébourg, avec l’apport de partenaires du privé. « La MPA est régie par la Ports Act, qui exige que nous présentions un nouveau master plan chaque cinq ans pour les 20-25 prochaines années, explique une source de la MPA à ce sujet. Le dernier plan a été soumis en 2016 et Mahébourg a été identifié pour des développements par rapport à sa position géographique. Nous avons donc proposé ce développement en trois axes. »

En termes d’investissements, la MPA ne devrait cependant pas avoir à injecter de grosses sommes dans le projet : « La mission de la MPA consiste à proposer l’espace. C’est aux investisseurs de voir ensuite comment ils peuvent monétiser le projet, ou encore quelle en sera l’envergure. » Un appel d’offres a déjà été lancé en ce sens, la MPA recherchant surtout des constructeurs potentiels pour développer ces trois axes. « Une fois qu’on sera en présence des soumissions, il faudra évidemment suivre toutes les procédures, y compris le permis EIA et alors, le chantier pourra démarrer, » déclare notre source.