Jainyta Suddason : celle qui jongle entre crochet et boulot

Par Zaina Ollite O commentaire
Jainyta Suddason

Jainyta Suddason est passionnée de crochet. Cela fait plusieurs années que cette habitante de Curepipe aux doigts de fée se perfectionne dans cet art, tout en suivant une routine normale au travail.

Les produits de Jainyta Suddason, qui a commencé à tricoter avec deux crayons, sont ludiques et originaux.

« Mon passe-temps c’est le crochet », confie Jainyta Suddason, 24 ans. D’où lui est venue l’inspiration pour le crochet ? « Juste après mes examens du Higher School Certificate, j’avais regardé quelques vidéos de crochet sur YouTube et j’ai tout de suite commencé à tricoter », se rappelle-t-elle.

Le plus drôle est le fait qu’elle a commencé à tricoter avec deux crayons. Ce n’est qu’après une semaine qu’elle a acheté deux aiguilles à tricoter et un crochet. Aussi, dit la Curepipienne, durant son enfance, sa  tante lui avait montré quelques motifs de crochet. D’où son aisance avec les aiguilles.

Quelques années plus tard, elle a décidé de créer une page sur Facebook pour publier et vendre ses produits. « Les plus prisés en cette période sont les décorations de Noël », fait-elle valoir.

« J’ai commencé avec des écharpes et des bonnets », relate Jainyta Suddason. Peu de temps après, elle a décidé d’être plus créative et d’innover. Elle a alors commencé à faire des pantoufles (slipper socks), des peluches, des snow-flakes, des étoiles et des christmas headbands.

Produits en laine

Cela lui prend combien de temps pour tricoter ces produits ? « Normalement, pour une écharpe et une peluche, cela prend une à deux semaines, en fonction du modèle. S’agissant des petites décorations, cela prend environ dix minutes et pour les pantoufles  deux à trois jours », explique-t-elle.

Qu’en est-il de sa clientèle ? Celle-ci est composée principalement de jeunes, surtout de collégiens qui veulent offrir des cadeaux hors du commun, des mères qui achètent des chaussons et d’autres vêtements pour leur bébé et des clients férus de décorations de Noël.

Jainyta Suddason indique qu’elle voulait auparavant ouvrir un petit magasin afin de prendre des commandes. « Mais avec le travail, cela devient plus difficile. J’obtiens néanmoins des commandes à travers le bouche-à-oreille », souligne-t-elle. Si un temps elle songe à se lancer dans la fabrication de linge de maison, comme les couvertures et les coussins, la jeune femme se rend rapidement compte que les pelotes de laine sont assez coûteuses et qu’il n’en existe pas une grande variété.

Parcours
Jainyta Suddason, qui a fait des études de psychologie à l’Université de Maurice, travaille dans une firme privée. Durant son temps libre, elle fait du crochet ou de la gym.