Le gouvernement veut se positionner sur les paris en ligne

Par Patrick Hilbert O commentaire
PMO

C’est un créneau qui peut rapporter gros. C’est ce que l’on pense au sein du gouvernement sur les paris en ligne ou paris interactifs. Des initiatives sont prises pour créer une industrie qui peut potentiellement peser des milliards de roupies. Ici, on ne parle cependant pas de petits paris placés par des internautes sur des sites étrangers, mais de convaincre de gros opérateurs d’établir leur business sous les tropiques afin de toucher le public au niveau international.

Le Bureau du Premier ministre est à la recherche d’un consultant international depuis la semaine dernière à travers une Request for Proposals pour lui exposer les différentes options qui existent dans ce domaine afin de faire de Maurice une plateforme régionale voire mondiale dans ce domaine. « Avec les nouvelles technologies, les habitudes en termes de paris ont changé sur le plan mondial et il y a un shift des paris conventionnels aux paris en ligne. Ceci représente une opportunité pour Maurice d’attirer des opérateurs voulant établir leurs business de paris en ligne à Maurice et d’ainsi exploiter la large base de clientèle qui augmente sans cesse », peut-on lire dans le document envoyé aux firmes intéressés par l’exercice de Request for Proposals. Et de préciser que plusieurs pays ont déjà ouvert leurs frontières pour permettre à des sociétés spécialisées en paris en ligne d’opérer à partir de leurs juridictions, car cette industrie « ne contribue pas seulement à la croissance économique mais elle a également un effet multiplicateur dans d’autres domaines, dont la création d’emplois ».

Mais cette entreprise nécessite un cadre légal strict, des paramètres clairs et un mécanisme de contrôle efficace. Un mécanisme de taxation sera aussi nécessaire. Toutefois, seuls les étrangers et non-résidents sont concernés. Au niveau informatique, des paramètres techniques doivent être mis en place pour garantir une sécurité absolue au niveau des transactions. Autant d’aspects sur lesquels devra se pencher le consultant qui sera engagé.