22 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 12 January 2013 12:00

Accident de travail - ­Un laboureur réclame Rs 5 M de dommages Featured

Rate this item
(0 votes)
Après son accident de travail, ce laboureur de 51 ans, a reçu des soins dans cette institution hospitalière Après son accident de travail, ce laboureur de 51 ans, a reçu des soins dans cette institution hospitalière
Chandradip Arianaick, un laboureur de 51 ans, a été victime d'un accident de travail, le 12 avril 2007, à la station du CEB, à Union Saint-Aubin. Cinq ans après, cet homme et sa famille réclament réparation à Gookool Engneering Co Ltd et à Mauritius Union Co Ltd pour non-respect des normes de sécurité au travail.
Dans sa plainte logée, devant la Cour suprême, Chandradip Arianaick relate sa mésaventure. Depuis son accident de travail survenu le12 avril 2007, à la station du Central Electricity Board (CEB) à Union Saint-Aubin, il n’est plus le même homme. Cinq ans après cet accident, Chandradip Arianaick, son épouse, Bibi Kaliza Arianaick et ses trois enfants, Yasmirah, Amira et Ridwan, ont enclenché des poursuites civiles contre la Gookool Engineering Co Ltd et la la Mauritius Union Co Ltd. Ils leur réclament conjointement des dommages de Rs 5 615 000. Ils sont défendus par l’avocat Vedakur Rampoortab et de l’avoué Hunchun Gunesh. L’affaire sera appelée le 31 janvier devant cette instance judiciaire.

Chandradip Arianaick explique qu’il est employé comme laboureur et 'helper' pour le compte de la compagnie Gookhool Engneering Co Ltd. Alors que la Mauritius Union Co Ltd est chargée de l'assurance des employés de cette compagnie.

Ce laboureur, âgé de 51 ans, raconte que le 12 avril 2007, il travaillait sur le site de la station du CEB à Union Saint-Aubin. Selon lui, ce jour-là, une grue soulevait des pylônes de 40 pieds qu'elle embarquait sur un camion. Puis, la ceinture s’est détachée et les pylônes lui sont tombés dessus.

Chandradip Arianaick, grièvement blessé, a été conduit d’urgence à l’hôpital Nehru, Rose-Belle. Il a été admis pendant plusieurs jours à l'unité des soins intensifs (ICU) de cette institution hospitalière. Il était dans un état comateux. Il avait aussi subi plusieurs interventions chirurgicales.

Séquelles
À la suite de cet accident de travail, Chandradip Arianaick évoque qu’il a dû cesser de travailler. Cet accident, dit-il, a laissé des séquelles dans sa vie. Il avance qu’il a besoin de soins permanents et qu'il il souffre d’une incapacité permanente de 50 %.

Chandradip Arianaick reproche à Gookhool Engneering Co Ltd de n’avoir pas respecté les normes de sécurité et de ne pas avoir fourni des équipements adéquats pour assurer la sécurité de ses employés. Il dit avoir été victime de cet accident de travail par la faute et la négligence de son employeur.

Avant cet accident, Chandradip Arianaick souligne qu’il touchait mensuellement un salaire de Rs 10 000 afin de subvenir aux besoins de sa famille. Aujourd’hui, dit-il, il n'a plus de salaire. Par conséquent, sa famille souffre d’un manque de finances qui joue un rôle néfaste sur leur vie quotidiennement. Il évoque aussi que sa famille a été traumatisée à la suite de cet accident et qu'elle a vécu des moments très difficiles.

Pour ces raisons, il réclame conjointement à Gookool Engineering Co Ltd et à la Mauritius Union Co Ltd des dommages de Rs 5 615 00.

Last modified on Saturday, 12 January 2013 11:23
Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus