25 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 22 January 2013 12:18

Asha Rampadaruth accepte une compensation de Rs 2,4 M et met un terme à sa grève de la faim Featured

Rate this item
(2 votes)
Asha Rampadaruth Asha Rampadaruth

Asha Rampadaruth et le syndicaliste Jack Bizlall ont mis terme à leur grève de la faim ce mardi 22 janvier.

Ce dénouement intervient après qu’un accord a été trouvé au bureau du ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, dans la matinée. Asha Rampadaruth a accepté une compensation de Rs 2,4 millions de son ancien employeur, la State Bank of Mauritius (SBM). Un accord a été aussi trouvé pour qu’elle obtienne un emploi alternatif dans une institution financière. 

Asha Rampadaruth a débuté une grève de la faim, dimanche 20 janvier. Elle contestait son licenciement, estimant qu’elle a été « injustement virée ». Pendant 18 mois, elle a voulu faire entendre sa voix. Mais, l'appel du ministère de l'Emploi n'avait rien donné, d'où le recours à la grève de la faim. Le syndicaliste Jack Bizlall s’est joint à ce mouvement de grève pour lui apporter son soutien. 

Asha Rampadaruth était affectée au département des prêts de la SBM. Elle comptait 24 années de service. La direction de la SBM lui reprochait d'avoir fait circuler des documents confidentiels. 

Dans une déclaration à Radio Plus, le ministre Arvin Boolell, qui est intervenu en tant que médiateur, affirme que le Premier ministre a facilite la tâche pour arriver à ce dénouement. Pour le ministre des Affaires étrangères, Asha Rampadaruth mérite amplement cette compensation.




Last modified on Tuesday, 22 January 2013 17:24
Rédaction de RadioPlus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Live News Popular Articles

Google+