23 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 23 January 2013 07:48

Procès contre deux groupes de presse – Nandanee Soornack conteste le juge Balancy Featured

Rate this item
(4 votes)
Le juge Eddy Balancy Le juge Eddy Balancy

L’activiste travailliste, par l'entremise de son avoué Me Cader Mallam-Hassam, a adressé mardi une correspondance au chef juge pour signifier son intention de demander au juge Eddy Balancy de se récuser dans l’affaire opposant Nandanee Soornack à La Sentinelle Ltée et Le Mauricien Ltd. Sollicité mardi soir, le juge n’était pas disponible pour une réaction.

Énième rebondissement ! Me Cader Mallam-Hassam invoque, comme raison pour appuyer sa demande, un « rapprochement » entre un groupe de presse, cité comme partie dans l’affaire, et le juge Eddy Balancy. Celui-ci avait été désigné lundi pour succéder au juge Bushan Domah pour entendre le litige déclaré par Nandanee Soornack contre les deux groupes de presse en Cour suprême.  Dans une déclaration au Défi Quotidien, lundi, le juge Balancy avait soutenu que « l’affaire Soornack est un cas comme un autre. De grands intérêts sont en jeu ainsi que des points constitutionnels ».

Cette affaire est appelée mercredi matin et il était initialement prévu que le juge Eddy Balancy demande aux hommes de loi d’établir un calen­drier de travail. Il aurait alors poursuivi avec les débats lancés précédemment par le juge Bushan Domah dans son « ruling » et qui demeurent en suspens. À savoir, jusqu'où la presse peut-elle s'immiscer dans la vie privée des citoyens dans une société démocratique ? Et aussi, dans quelle mesure Nandanee Soornack peut prétendre être protégée dans ses droits à une vie privée, puisqu’elle prétend ne pas être un personnage public ?

Le juge Bushan Domah s’est récusé vendredi dernier, après avoir indiqué que la couverture médiatique « has tended to put in doubt » son « integrity, impartiality and independence in handling this case ». Ce jour-là, il était prévu qu'il décide sur ce principe : si l’ordre intérimaire émis le 5 janvier contre La Sentinelle et Le Mauricien devait être converti en ordre interlocutoire.

Notons que Nandanee Soornack avait fait une demande d’injonction permanente, jeudi 17 janvier, contre ces deux groupes de presse. Elle réclame de la Cour suprême qu’elle leur interdise de publier toute information sur sa vie privée et sur celle de sa famille. Prochaine audience sur cette demande le 7 février.





Kursley Thanay

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Live News Popular Articles

Google+