24 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 26 January 2013 08:30

Croyant à la fin du monde, le harceleur voulait épouser une candidate au concours de Miss Mauritius Featured

Rate this item
(4 votes)
La famille de la jeune femme compte porter plainte aux Casernes centrales La famille de la jeune femme compte porter plainte aux Casernes centrales
Une heureuse finaliste de Miss Mauritius n'en finit pas de voir de toutes les couleurs depuis sa participation au fameux concours de beauté.
L'année dernière, vers la mi-juillet, au retour d'un voyage en Afrique où vit sa sœur, elle reçoit une lettre d'un admirateur qui lui avoue sa flamme. Quelques jours plus tard, la même personne l'appelle et lui renouvelle sa passion. La jeune fille met immédiatement ses parents au courant de ces agissements. « Comme mon nom était connu de tous et mon adresse est dans l'annuaire téléphonique, je pense que c'est comme ça qu'il a pu me contacter à mon domicile », explique la jeune fille.

Au téléphone, elle intime l'inconnu d'arrêter ce petit manège sous peine de saisir la police. Mais la menace est vaine. Au mois de septembre, une voiture s'arrête à quelques mètres de la maison de la jeune fille. Un individu y sort et vient frapper à sa porte. Il tombe sur la bonne qui lui explique que la 'Miss' est absente. L'inconnu repart, mais le soir, il recommence les appels. « Cette fois-ci, explique la jeune fille, mon père a pris la communication et a menacé d'appeler la police ». Pendant quelques mois, il ne se passera rien.

Puis, un soir de décembre, la jeune fille reçoit un appel. Cette fois, celle-ci, accompagnée de sa mère, décide de consigner une déposition au poste de police de leur localité. « Les policiers ont refusé de prendre notre déposition en arguant qu’il n’y avait pas d’acte de violence ni de gros mots proférés à mon encontre. Nous avons quand même fourni le numéro aux policiers, c'était le même que celui de la styliste. Les policiers ont donné un avertissement à l'individu. Il leur a dit qu'il voulait m'épouser, car la fin du monde était proche. Les policiers ont pensé qu'il était, soit un peu fou, soit qu'il avait bu. »

Cette année-ci, l'individu, qui réside à Flacq et qui s'est présenté comme un homme d'affaires aux policiers, a passé une dizaine d'appels sur le portable de la jeune fille. Cette fois-ci, c'est avec sa sœur qu'elle est repartie au poste de police, mais elle raconte que les policiers ne l'ont plus prise au sérieux. Or, l'un d'entre eux, un dénommé Y., lui, n'a rien perdu de la conversion. Si bien qu'il lui envoie deux SMS, en la tutoyant. « Comment vas-tu ? To p rappel moi ? Je travaille à la station de... Mo ti lameme kan to ti gagne ça banne...»

Dans le même élan, le policier lui envoie une invitation sur Facebook.  La jeune fille est interloquée : « C'est quand même incroyable, la police n'est pas capable d'arrêter l'individu qui me harcèle. Au contraire, l'un d'entre eux profite de la situation pour m'envoyer des SMS et m'invite à devenir son ami sur Facebook ». Dans les prochains jours, sa famille compte avertir les hauts gradés des Casernes centrales de cette situation.

Last modified on Saturday, 26 January 2013 08:58
Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Live News Popular Articles