28 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 16 February 2013 17:19

Patrick Assirvaden : « Le contrat avec CT Power plus avantageux » Featured

Rate this item
(1 Vote)

La publication des contrats entre le Central Electricity Board (CEB) et les producteurs privés d’électricité a été l’un des thèmes abordés lors de la conférence de presse de l’alliance gouvernementale ce samedi 16 février.

La National Energy Commission (NEC) a rendu publics les contrats entre le CEB et les Independent Power Producers’ (IPP).  Pour le président du Parti Travailliste, c’est « nul autre que le gouvernement qui a dénoncé les anomalies ou les injustices en ce qui concerne les contrats entre le CEB et les IPP ».

« Jamais le MSM-MMM a demandé qu'on rende public le rapport de Hunton & Williams. Il y a une méconnaissance à ce sujet. Pravind Jugnauth et Alan Ganoo sont mal placés pour parler sur les IPP », a martelé Patrick Assirvaden. Il n’a pas manqué  de préciser que le contrat de la Centrale Thermique du Sud (CTDS) a été conclu en 2003 alors qu'Alan Ganoo était ministre de l’Energie. « Le pire dans tout cela, c'est que le contrat de la CTDS avait été signé en 2003. A l’époque, il y avait un rapport dans lequel l'accent a été mis sur la cogénération (bagasse et charbon), mais tout de même la CTDS utilise à 100% le charbon », tonne le président des rouges.

Patrick Assirvaden a indiqué que la CTDS avait obtenu son permis EIA (Environment Impact Assessment) en quatre semaines alors que le CT Power a eu le sien après 7 ans. Selon lui, le MSM-MMM est mal placé pour faire la leçon au gouvernement. Il  avance que le contrat de CT Power diffère des autres contrats et est plus avantageux.  « Le CEB détiendrait 26 % des actions [au sein de CT Power]. Pour ce qui des autres centrales, le CEB me détient aucune action », a-t-il indiqué.

Maintenant, dit-il, que les contrats entre les IPP et le CEB sont du domaine public, il est désormais nécessaire, au nom de la transparence, de rendre public le rapport Hunton & Williams, qui « contient des vérités ».  

Pluies torrentielles

Malgré que Maurice soit une petite île, elle a pu faire face aux pluies torrentielles qui ont frappé le pays, mercredi dernier. Lormus Bundhoo, secrétaire général du PTr, affirme que tous les ministres et députés sont descendus dans leur circonscription. Il a également indiqué qu'entre 2000 et 2005, Rs 450 millions avaient été investies dans les infrastructures. Alors que le gouvernement actuel, de 2008 à 2012, a déboursé Rs 2, 5 milliards. Ce qui représente, selon lui, un investissement massif.

Pour sa part, Mamade Khodabaccus, secrétaire général du PMSD, est d'avis qu'il faut prendre en considération le rapport du juge Bushan Domah pour venir de l'avant avec les recommandations faites par ce dernier lors du Fact Finding Committee qu’il avait présidé après les pluies torrentielles de mars 2008. Il affirme qu'il y aura un audit des infrastructures et que le ministre des Finances va certainement débloquer les fonds nécessaires pour réaménager et améliorer les infrastructures.

Propos de Somduth Dulthumun

Lormus Bundhoo a aussi fait une virulente sortie contre le leader du MSM, Pravind Jugnauth. Celui-ci avait commenté les propos du président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, Somduth Dulthumun, lequel avait, lors d'une conférence de presse, accusé la presse de s'en prendre à une certaine communauté. Lormus Bundhoo souligne qu’il ne s’agit pas là de donner un coup d'épaule à Somduth Dulthumun. « Loin de là ! », a-t-il dit. Mais, il demande à Pravind Jugnauth de venir s'expliquer sur des sujets qui concernent son père et lui-même.  

 




Last modified on Sunday, 17 February 2013 09:48
Adila Mohit

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Live News Popular Articles

Google+