01 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Charlise Lepoigneur

Charlise Lepoigneur

Il a eu un parcours parsemé d’embuches et récolte aujourd’hui les fruits de sa patience. Il s’est retrouvé en situation irrégulière dans un premier temps dans l’Hexagone, mais aujourd’hui, Hexley Alexandre y est un chanteur accompli et reconnu qui vit de son art. Cité dans la presse française, il poursuit son rêve et enchaîne les concerts. 
Internet. Une invention qui a révolutionné le monde ces vingt dernières années. Surfer sur la toile est devenu monnaie courante pour tous, de 7 à 77 ans.
Il était à la recherche de sa couleur et de son identité musicales. Auteur, compositeur et interprète d’origine mauricienne, Michael Lebon nous présente son nouvel album, « L’ambyans Séga », comprenant 14 titres aux sonorités diverses qui promettent d’ambiancer vos soirées.
Cinq. Un chiffre mythique pour le hip-hop qui regroupe cinq modes d’expression : rap, deejaying, graffiti, breakdance et beatbox. C’est aussi le nombre de membres des Mauritian All Stars. Le groupe pose sur du rap ce qu’il a dans les tripes et cette passion le conduira sur la scène du Zénith en novembre.
Le sport la passionne depuis toujours. L’amour de la photographie, elle l’a acquis au fil des années. Et les stéréotypes de la femme saoudienne, elle les a brisés depuis longtemps. Manal Al Dabbagh est la première, voire la seule femme à s’être lancée dans la photographie sportive en Arabie saoudite. Rencontre.
Début des années 80. Le monde de la musique connaît une ère nouvelle avec l’arrivée du zouk, un genre musical popularisé en Europe par le groupe Kassav, des Antilles. Le succès est immédiat et s’étend à travers le monde, principalement dans les îles. Maurice n’est pas épargné. Depuis, plusieurs de nos artistes locaux s’y sont essayés.
Il vit sur un territoire de 50 États et, pourtant, c’est à Maurice que le chanteur américain Coolie Mac a décidé de venir tourner le clip d’une de ses chansons, « Girl ya hot ». L’artiste, étoile montante de la musique pop aux States, explique son choix par la beauté de notre île et son multiculturalisme. 
30 mars 2013. Nul ne se souvient de cette date sans avoir un déchirement au cœur. Jour où, en quelques heures, les forces de la nature se sont déchaînées sur notre île, détruisant sur leur passage, des vies humaines, des maisons…
Comme Michel Polnareff, Joe Dassin, Bob Marley ou encore Ton Vié, qui ont tous rendu un vibrant hommage à leur patrie respective, en France, de nombreux Mauriciens tiennent à partager leur riche culture. À l’instar de l’association Fl'ames Dé Z'Iles, qui propage notre richesse musicale à travers des spectacles de séga à Paris.
20 h 15. En route pour l’aéroport, Jamel Debbouze poste un message sur sa page officielle Facebook. Non pas pour dire au revoir aux Mauriciens, mais parce qu’il n’a pas retrouvé son chapeau. L’humoriste avait, la veille, après son spectacle, fait état de la perte du précieux objet sur les réseaux sociaux. De nombreux commentaires fusaient de partout. Le monde s’offusquait d’un tel geste et Maurice en prend un sale coup.
Page 1 of 3

Google+