07 March 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Christina Vilbrin-Le Bon

Christina Vilbrin-Le Bon

Le gouvernement doit intervenir pour forcer les banques à revoir leurs frais, commissions et autres marges, recommande Siv Potayya, ‘Head of Practice’ à Wortels Lexus Law Firm. Il estime qu’il est plus que grand temps qu’une Ombudsperson pour le secteur bancaire soit nommée pour empêcher des abus de la part des banques.
Hausse des coûts de production, pénurie de main-d’œuvre, changement climatique. Face à ces défis, certains planteurs ont décidé d’innover en produisant des légumes qu’on ne retrouve pas habituellement dans les champs mauriciens. Le point avec trois planteurs.
Trop strictes, exagérément exigeantes, dénouées de flexibilité. C’est par le biais de ces qualificatifs que certains entrepreneurs qualifient les banques avec lesquelles ils ont eu affaire pour l’octroi d’un prêt. Témoignages de trois d’entre eux.
170 000 contribuables devront soumettre leur fiche d’impôts cette année contre 130 000 l’an dernier. Ils ont jusqu’au 31 mars pour se mettre en règle avec le fisc.
Il y a un ‘feel good factor’ dans le pays, note Suren Surat, directeur de SKC Surat.  Toutefois, prévient-il, la morosité économique est toujours là. La preuve, les affaires stagnent. Il s’attend, cependant, à un renversement de la situation dans le courant de l’année, tout en dévoilant au passage les projets du Groupe Surat.
Plusieurs opérateurs souhaiteraient se lancer dans l’élevage de poissons en bassin sur la terre ferme. D’où leur appel au gouvernement pour des mesures incitatives visant à développer ce créneau à fort potentiel.
Anil Bholla, le nouveau Chief Operating Officer (COO) de la Bramer Bank, dévoile la stratégie de la banque sur le marché africain. Il commente au passage la possible implication de trois banques dans l’affaire Ramgoolam.
Le Budget 2015 sera présenté le 23 mars. Un exercice qui est très attendu par les opérateurs. Certains secteurs ont déjà soumis leurs mémoires alors que d’autres sont en train de les peaufiner avant d’en remettre une copie au ministère des Finances. En attendant la présentation du Budget, gros plan sur les attentes sectorielles.
Fraîchement nommé directeur au sein du conseil d’administration de la Banque centrale, l’économiste Yousouf Ismaël insiste qu’il est primordial que la bonne gouvernance reste au centre de l’administration de l’institution régulatrice. Il commente, par ailleurs, l’arrestation de l’ancien Gouverneur Rundheersing Bheenick.
L’affaire Ramgoolam témoigne de l’urgence de légiférer sur le financement des partis politiques, qui est à la racine de nombreux cas de corruption, soutient Dan Bundhoo. Au passage, l’observateur politique et cofondateur de Democracy Watch et Think Mauritius tape sur les doigts du secteur privé.
Page 1 of 157