Ministère des Finances : le projet Economic Development Board en passe de capoter

Par Thierry Laurent O commentaire

Annoncé lors du dernier exercice budgétaire, l’Economic Development Board semble aujourd’hui voué à l’échec. Selon nos recoupements, des « lobbys » seraient en cours pour faire capoter le projet.

La création d’un Economic Development Board (EDB) s’inscrivait dans la logique de réformer la fonction publique. Il était prévu que cette institution naisse de la fusion de plusieurs organisations du ministère des Finances, telles que le Board of Investment, Enterprise Mauritius et la Financial Services Promotion Agency. Un peu plus de deux mois après le vote de l’Economic Development Board Act à l’Assemblée nationale, force est de constater que le projet est toujours au point mort. La fusion des institutions ne s’est toujours pas faite, sans compter le fait que la nomination d’un directeur se fait toujours attendre.

Qu’est-ce qui ralentit la création de ce nouvel organisme ? Selon les informations obtenues au ministère des Finances, des « lobbys » sont en cours afin de faire capoter le projet. On apprend que plusieurs conseillers, proches de l’hôtel du gouvernement ou encore de personnes qui seraient directement concernées par la fusion, ont dressé un rapport « défavorable » du projet auprès du ministère des Finances.

Du coup, les arguments qui ont été présentés font tiquer. Certaines personnes ont, à titre d’exemple, mis en avant le démarrage difficile de Landscope Mauritius Ltd, née de la fusion de plusieurs institutions, telles que Business Parks of Mauritius Ltd et State Property Development Co. Ltd. Pour ceux qui sont contre la mise sur pied de l’EDB, on ne peut se permettre de revivre le même scénario qui s’est joué dans le cas de Landscope Mauritius où deux Chief Executive Officers, Claude Wong So et Koomaren Chetty, ont démissionné.

Dans le camp des pro-EDB, le moral est au plus bas. « Ce nouvel organisme est censé entrer en opération avant la fin de l’année, mais aucune mise à jour n’a encore été effectuée », déplore une source au ministère des Finances.