MMM - Paul Bérenger : «J’ai remis mon leadership sur la table du BP»

Par Cedric Ramasawmy O commentaire
MMM

L’abstention et certains votants ont choisi Tania Diolle du Mouvement patriotique (MP), Jack Bizlall du Muvman Premye Me et Kugan Parapen de Rezistans ek Alternativ (ReA). Ce sont les principales raisons de la défaite du MMM à la partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes, a déclaré le leader mauve. Il a aussi félicité Arvin Boolell.

«Les électeurs ont éprouvé de la sympathie pour Arvin Boolell à cause des méchancetés que Navin Ramgoolam lui a faites », affirme Paul Bérenger. Face à la presse, le jeudi 21 décembre, pour livrer son analyse de la défaite du Mouvement militant mauricien (MMM) à l’élection partielle du n° 18, il a tenu à féliciter le nouveau député de Belle-Rose/Quatre-Bornes, soulignant que « c’est une victoire méritée ».

Comme après chaque défaite, Paul Bérenger a remis son leadership entre les mains du bureau politique des mauves mardi. Le leader mauve indique qu’il n’y a pas eu d’opposition. La direction du MMM demeure donc inchangée. Le leader a affirmé qu’il est dans un « mood de renouvellement du parti ». Et tout comme le Parti travailliste, il réclame des élections générales anticipées. Mais « dernie soz ki mo swete pou sa pei-la, se ki Navin Ramgoolam revinn Premie minis », a précisé Paul Bérenger. Et de souligner : « Certains votes recueillis par la candidate du Mouvement patriotique, Tania Diolle, Jack Bizlall du Muvman Premye Me et Kugan Parapen de Rezistans ek Alternativ, ont joué contre la candidate du MMM, Nita Juddoo. L’abstention a aussi joué contre les mauves. »

Nita Juddoo, elle, a félicité Arvin Boolell pour sa victoire. « J’espère que mon avenir dans la sphère politique sera plus brillant. Il est encore prématuré de dire si je resterai dans la circonscription no 18 pour les prochaines élections. La direction en décidera. »


Réactions

Raj Meetarbhan : « Paul bérenger cherche des excuses »

« L’analyse de Paul Bérenger, pour expliquer la défaite de son parti, fait partie des réflexes naturels du leader du MMM. Il jette le blâme sur les autres. Son parti continue à accumuler les revers électoraux, mais il trouve que ces contre-performances n’ont rien à voir avec des faiblesses inhérentes au parti.

Bérenger impute le score décevant du MMM à cette partielle à des facteurs qui ne sont pas propres au MMM. Encore une fois, dit-il, son parti est la victime des autres, pas de lui-même. Il cherche des excuses et trouve de nouveaux boucs émissaires : Jack Bizlall, Tania Diolle et Kugan Parapen. Il montre qu’il n’est pas près d’accepter que l’effritement du MMM aurait sa cause dans sa propre stratégie ou son leadership.

Bérenger ne cherche même pas à éviter la contradiction. Hier, il a adopté une position contraire à celle qu’il a constamment affichée durant la campagne. Jusqu’au vendredi 15 décembre, il exprimait le sentiment que Boolell était un « masque » et que l’enjeu de la partielle était le retour au pouvoir de Ramgoolam. Maintenant, il vient dire que c’est la victoire de Boolell et non celle de Ramgoolam. Bérenger révèle qu’il a demandé à son bureau politique, mardi, s’il désirait un changement de leadership. Ce rituel observé après chaque défaite a donné le résultat attendu : nul n’a osé secouer le cocotier. Plus que jamais, c’est le statu quo. »

Rajiv Servansingh : « Le mmm doit s’interroger  »

« Les propos tenus pendant et après la campagne étaient des arguments tactiques, lorsqu’ils ont dit qu’un vote pour Arvin Boolell, c’est un vote pour Navin Ramgoolam. Maintenant, il affirme que c’est une victoire personnelle d’Arvin Boolell. Si c’était simplement une victoire par 400 à 600 voix d’avance, on pourrait évoquer une victoire du Parti travailliste, mais l’étendue d’un tel écart évoque le soutien massif à Arvin Boolell. Objectivement, c’est vrai que les votes de Tania Diolle et Jack Bizllall auraient pu jouer en faveur du MMM. N’oublions pas qu’à l’époque, le MMM représentait la seule alternative au gouvernement. Ce parti doit s’interroger : pourquoi les électeurs ont-ils choisi les autres partis ? Que Paul Bérenger ait remis son poste de leader sur la table du bureau politique est un acte noble et un geste symbolique. Toutefois, nous savons que cela n’arrivera jamais, car il n’y a pas suffisamment d’éléments pour permettre au MMM de se réinventer. Paul Bérenger a toujours affirmé que le MMM irait seul aux élections. S’il présente son front bench, cela pourrait créer ce dynamisme pour que les militants retournent au MMM. »

Jocelyn Chan Low : « Le MMM a tiré les casseroles du MSM »

« Paul Bérenger a félicité le candidat pour sa victoire. Il a peut-être raison de dire que l’abstention et certains votes recueillis par Tania Diolle et Jack Bizlall ont joué contre le MMM. Mais cela a aussi joué contre le PMSD. N’oublions pas que Jack Bizlall a toujours été un candidat opposé au MMM. Peut-être que certains du MMM ont voté pour Arvin Boolell. Les adversaires ont mené campagne sur une éventuelle alliance MSM/MMM. Qui plus est, le MMM a été tendre envers le gouvernement dans sa campagne. Le MMM a, en quelque sorte, tiré les casseroles du MSM dans cette partielle.»