21 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 03 February 2013 19:28

France: émoi après la mort d'un bébé in utero faute de place à l'hôpital selon la famille Featured

Rate this item
(0 votes)
Stéphane, le compagnon de Déborah, va porter plainte contre la maternité Port-Royal. Stéphane, le compagnon de Déborah, va porter plainte contre la maternité Port-Royal. LP/Jérémie Jung.
Le gouvernement français a demandé dimanche une "enquête exceptionnelle" après qu'une femme enceinte eut perdu vendredi l'enfant qu'elle portait, faute de place, selon elle, à la maternité Port-Royal à Paris où elle devait accoucher.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, le couple s'est rendu aux urgences, où le personnel hospitalier n'a pu que constater la mort in utero du bébé.

Auparavant, le couple devait se rendre jeudi pour déclencher l'accouchement à la maternité Port-Royal, très réputée pour sa prise en charge des grossesses difficiles, mais à leur arrivée il n'y avait plus de chambre libre, selon le quotidien Le Parisien.

Le couple affirme avoir informé la maternité sur le fait que le bébé ne bougeait pas beaucoup.

Le patron de la maternité, Dominique Cabrol reconnaît "une saturation totale" de la maternité le jour où l'accouchement devait être pratiqué. Mais l'examen de la patiente ce jour-là montrait un rythme "normal", souligne-t-il.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a demandé une "enquête exceptionnelle" sur les circonstances de ce drame. Une autopsie du foetus doit être pratiquée.

La ministre a exprimé sa "très vive émotion" à l'égard du couple qui vient de perdre son bébé.

Près de 6.000 naissances peuvent être assurées dans ses locaux modernes et flambant neufs de la maternité Port-Royal, qui a rouvert ses portes en février 2012 après des mois de travaux.


Last modified on Sunday, 03 February 2013 19:32
Internet

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus