À Montée S, Petite-Rivière : une famille prise d’assaut

Par Reshad Toorab O commentaire
Poste de police de La Tour Koenig

Une famille a vécu un véritable calvaire dans la soirée du dimanche 3 décembre 2017. Deux individus ont saccagé leur maison. Un règlement de comptes serait à l’origine de cette sombre histoire.

La bonne action de Devedh, un coiffeur de 28 ans, a été mal récompensée. Cet habitant de l’avenue Unité, Montée S, Petite-Rivière, a consigné une plainte au poste de police de La Tour Koenig dimanche soir.

Aux alentours de 19 h 45, il était à la maison quand deux individus, qu’il connaît comme Pootouk et Ravin, sont venus le voir. Ils étaient en voiture. L’un l’aurait agressé, alors que l’autre l’aurait traîné de force et aurait essayé de l’enfermer dans le coffre de leur voiture.

Selon Devedh, il se  serait battu avec ses deux assaillants et aurait réussi à prendre la fuite. Il est rentré chez lui. « J’ai dit à ma mère de verrouiller les portes. Ils ont commencé à saccager les fenêtres. Nous avons appelé la police, mais personne n’est venu », dit Devedh. Il soutient que  c’était la panique chez lui. Des enfants en bas âge et sa belle-sœur qui est sur le point d’accoucher ont dû se réfugier chez les voisins. Ils disent avoir vécu le pire cauchemar de leur vie.

Quant aux deux individus, ils voulaient à tout prix mettre la main sur le jeune homme. « Ils n’ont toutefois pu forcer les antivols pour avoir accès à l’intérieur. Dès qu’ils sont partis, un voisin m’a conduit au poste de police et les officiers ont fait un constat », raconte le coiffeur.

Tentative d’enlèvement

Selon Devedh, ce serait un acte prémédité. Le 27 novembre 2017, il avait déjà déposé une plainte à la police. Cela après avoir reçu des menaces d’un groupe d’individus alors qu’il se trouvait sur la route Royale à Montée S. Il soutient que les dénommés Ravin et Pootouk étaient parmi ceux qui l’avaient menacé.

« Kan zot ti trouv mwa zot inn insilte mwa. Zot ti menas pou fer enlev mwa e pou fer bat mwa. Mo panse meyer solision mo al lapolis e fer enn deklarasion parski mo ti per pou mo sekirite », dit Devedh.

Le coiffeur explique qu’il y a une semaine, cette bande avait fait irruption chez un habitant de la localité et l’avait tabassé avant de saccager sa maison. La victime avait rapporté le cas à la police. Devedh dit qu’il connaît quelques-uns de ses agresseurs. « Mo ti trouv enn parmi zot e mo ti dir ki saki linn fer li pa bon. Se enn vre dominer. Parski dimoun la ena enn paran andikape e zot ti bat li ousi », dit Devedh. Il pense que depuis qu’il a passé cette remarque, sa famille et lui sont devenus la cible de ces malfrats.

Du côté de la police, on nous informe qu’une enquête a été ouverte. Les deux hommes devraient bientôt être entendus.