Post partielle 2017 : le blueprint du Parti Travailliste pour reconquérir le pouvoir

Par Thierry Laurent, Ashwin Kanhye O commentaire
Parti Travailliste

Requinqué après la victoire d’Arvin Boolell le 18 décembre dernier, le Parti Travailliste s’active pour reprendre le pouvoir. La stratégie des rouges s’articule autour de deux axes : la reconstruction du parti et le ralliement des forces disponibles.

Tous les espoirs sont permis pour le Parti Travailliste (Ptr) après la large victoire d’Arvin Boolell dans la circonscription No 18 Belle-Rose/Quatre-Bornes, proclame-t-on dans les milieux travaillistes. Déjà, les stratégies sont élaborées en vue de la reconquête du pouvoir. Tout doit passer d’abord par la reconstruction du parti à travers l’adhésion de nouveaux membres, au lendemain de la victoire.

Le leader des rouges, Navin Ramgoolam est persuadé que la tactique adoptée après les élections générales de 2014 a été la bonne. Un de ses proches collaborateurs de la circonscription No 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est) explique que le leader du Ptr a, de ce fait, recommandé à ses lieutenants de continuer dans la même direction. Le Ptr a notamment déjà avalisé l’arrivée de l’ancien membre de la National Human Rights Commission, Anishta Babooram qui pourrait être candidate soit au No 11 (Vieux Grand-Port/Rose-Belle) ou au No 13 (Rivière des Anguilles/Souillac).

L’ancien directeur de la Tertiary Education Commission (TEC) et de l’Information Communication Technologies Authority (ICTA), Sanjeev Soyjaudah a, quant à lui, tout le soutien du Ptr pour être candidat au No 10 où Navin Ramgoolam est lui-même annoncé.

Les rouges semblent aussi beaucoup miser sur Fabrice David, fils de l’ancien ministre, James Burty David. Navin Ramgoolam voit en lui « une personne de calibre capable de surfer sur son patronyme pour conquérir une partie de l’électorat », selon une source travailliste.

« Mais Fabrice David n’a pas encore fait son choix. Tout dépendra de lui,  mais il reste en contact régulier avec Navin Ramgoolam », explique cette même source. Fabrice David pourrait alors se voir offrir l’investiture pour se présenter  dans la circonscription No 1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest).

En ce qu’il s’agit du deuxième volet tactique des rouges, c’est apprenons-nous, l’ouverture de discussions avec d’autres formations politiques en vue des élections générales de 2019. Les discussions avec des politiciens d’autres bords sont d’ores et déjà ouvertes. D’abord avec le Mouvement Patriotique (MP) où les choses semblent bien avancées. Dans l’inner circle de Navin Ramgoolam, on va même jusqu’à dire que l’on serait déjà tombé d’accord pour que le MP se présente sous les couleurs du Ptr. On évoque entre deux et quatre tickets pour le MP.

Navin Ramgoolam serait personnellement très favorable à la candidature de Tania Diolle, du Mouvement Patriotique. « Mais il se pourrait qu’elle soit candidate dans une circonscription autre que le No 18 », explique une source chez les rouges. En cas de victoire, le MP pourrait même se prévaloir d’un fauteuil ministériel.

Outre le MP, les rouges songent aussi à d’autres candidats,  dont le député indépendant du No 18, Kavi Ramano. Le leader du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD), Eric Guimbeau serait aussi une autre option pour les rouges dans la circonscription No 17 (Curepipe/Midlands). En revanche en ce qu’il s’agit du PMSD, le Ptr ne semble, pour le moment, pas pressé pour activer quoi que ce soit.

Le MP et le Ptr refusent de commenter

L’état major du Ptr et celui du MP que nous avons sollicité pour une déclaration se refusent à ce stade à tout commentaire.