Accident fatal le jour du Nouvel An : deux frères tués dans une BMW reçue en cadeau

Par Ellvina Nallan O commentaire
Accident fatal le jour du Nouvel An

Unis dans la vie comme dans la mort. Les deux inséparables frères, Zinedeen et Falahuddeen Phutully, 19 et 24 ans respectivement, sont partis suite à un terrible accident d’une berline obtenue en cadeau pour le Nouvel An. Leur cousin Shaheel, 19 ans, est toujours aux soins intensifs. Ils laissent derrière eux des parents inconsolables.

Ces parents sont meurtris après avoir perdu leurs deux fils dans un accident de la route à St-Jean, Quatre-Bornes, aux petites heures de lundi, jour du Nouvel An. Zinedeen et  Falahuddeen et leur cousin Shaheel se trouvaient dans une BMW. Celle-ci a percuté un arbre et s’est embrasée sous la violence de l’impact. Les deux frères n’ont pas survécu à leurs blessures. Quant à leur cousin Shaheel, il est admis à l’unité de soins intensifs. Les parents racontent leur souffrance.

Leur vie n’est plus que larmes. Axen et son épouse n’avaient que deux enfants mais ceux-ci les ont quittés… à jamais. Une double tragédie dont ils ne pensent pas pouvoir se remettre. Axen et sa femme n’ont plus goût à la vie depuis qu’ils ont appris le décès tragique de leurs deux fils, Zinedeen et Falahuddeen dans un accident de la route le jour du Nouvel An. Zinedeen était au volant de sa BMW avec son frère aîné Falahuddeen et leur cousin Shaheel, tous habitants de Stanley, Rose-Hill.

Arrivant à la route St-Jean aux petites heures de lundi, Zinedeen a perdu le contrôle de sa BMW et il a percuté un arbre. Ils ont été tous projetés hors du véhicule qui été réduit en un amas de ferraille. Un incendie a éclaté dans la BMW.  Zinedeen a été tué sur le coup. Quant à son frère Falahuddeen, son décès a été constaté à l’hôpital Victoria de Candos. Shaheel est, lui, toujours inconscient. Son état de santé est jugé critique.

Passionné de voitures

Axen, le père des deux victimes.

Depuis que la mort a emporté Zinedeen et  Falahuddeen, leurs parents sont dévastés. Leur mère s’est enfermée dans une chambre depuis qu’elle a appris leur décès. Sans leurs deux enfants, Axen et sa femme sont complètement perdus. «Ma vie n’a plus de sens. C’est un choc énorme pour mon épouse et moi. Ce n’est pas facile de perdre ses enfants le jour du Nouvel An. Mes deux fils et mon neveu Shaheel s’étaient rendus à Grand-Baie pour une grillade. Il y avait d’autres membres de la famille qui s’y sont rendus. Plus tard, mes deux fils et Shaheel se sont rendus à Flic-en-Flac mais vu que tous les restos étaient fermés, ils se sont rendus à Belle-Rose pour manger. C’est sur le chemin du retour que le drame s’est produit. Ma femme et moi n’avons pas de mots pour qualifier notre douleur. Je ne souhaite à personne, même pas à mon pire ennemi, si j’en avais un, de vivre ce que nous vivons actuellement», se lamente Axen, la voix brisée par le chagrin.

Axen explique que son fils Zinedeen était un passionné de voitures. «Mon épouse et moi avons offert la BMW à Zinedeen pour le Nouvel An et il était tellement ravi qu’il ne cessait de nous remercier. C’était un de ses rêves d’avoir une berline. Mais aujourd’hui, Zinedeen et Falahuddeen ont péri dans cette BMW. Sak Nouvel an pou rann moi ditor », dit Axen.

Ce dernier explique que ses deux fils étaient inséparables. « Falahudeen et Zinedeen ti pe sorti ansam e saken ti pe ed zot kamarad. Zot pa ti kapav reste san zot kamarad e zordi tou les de finen ale ansam. La veille du Nouvel An, avant qu’ils ne quittent la maison, nous avons bavardé et ils étaient très joyeux. J’ignorais que je les rencontrais pour la dernière fois. Ma vie s’est arrêtée quand j’ai appris qu’ils ne sont plus de ce monde  », confie Axen, terrassé par la douleur.

Axen raconte au Défi-Quotidien qu’il ne sait plus à qui se confier. « Falahuddeen et Zinedeen étaient toujours là pour moi. Quand je tombais malade, ce sont mes deux fils qui s’occupaient de moi. Zinedeen, qui travaillait avec moi pour fabriquer des volets, voulait apporter des développements dans notre business mais il est parti trop tôt. Mon coeur est déchiré et je ne peux imaginer la vie sans eux. 2018 est une année noire pour moi avec la perte de mes deux enfants le jour du Nouvel An», dit Axen, les larmes aux yeux.

Fierté de la famille

Pour lui, c’était comme si ses deux fils avaient vu le jour hier. « Je me souviens encore du jour où Falahuddeen est né. C’était le 24 août 1993. C’était un jour rempli de bonheur et de joie. Et après cinq ans, Zinedeen est né. Ils étaient la fierté de la famille. Banla ti kontan kan nou fer gate avek zot kan zot ti tipti. Mon épouse et moi avons travaillé très dur pour eux et, à leur tour, ils s’occupaient de nous. Et maintenant qu’ils ne sont plus, je ne sais pas qui va prendre soin de moi. Après avoir perdu mes deux fils, je souhaite que mon neveu sorte du coma et qu’il se rétablisse le plus vite possible », dit Axen qui vit actuellement dans la désolation.

Selon le rapport de l’autopsie, les deux jeunes hommes sont morts des suites de leurs multiples blessures. Leurs funérailles ont eu lieu lundi. Plusieurs proches sont venus leur rendre un dernier hommage.

Ahmed, le frère de Shaheel, est aussi bouleversé. « Depuis que mon frère Shaheel a été hospitalisé, il est toujours inconscient. Je demande au peuple mauricien de prier pour lui, car c’est très dur. D’ailleurs, je n’arrive toujours pas à croire que mes deux cousins ont perdu la vie. Nous avons grandi et joué ensemble. Et maintenant, ce ne sera plus pareil  », dit Ahmed, 27 ans.