Candidats au poste de Premier ministre : une formule (3 ans) Paul Bérenger (2 ans) Madan Dulloo à l’étude

Par Patrick Hilbert O commentaire
Madan Dulloo et Paul Bérenger

Paul Bérenger trois ans comme Premier ministre et Madan Dulloo prend le relais pour les deux années restantes. C’est la formule pour les élections générales que le leader du MMM a présentée au comité régional mauve du No 19.

Une nouvelle configuration dans le cadre des prochaines élections générales voit le jour au Mouvement militant mauricien (MMM).

Si ce parti se présente seul aux prochaines élections générales, cela pourrait bien être avec une formule d’un mandat de trois ans comme Premier ministre pour Paul Bérenger alors que pour les deux années restantes, le poste sera rempli par Madan Dulloo.

Cette nouvelle formule a été présentée par le leader des mauves, Paul Bérenger, lors de la réunion du comité régional du No 19 (Stanley/Rose-Hill), vendredi. Selon l’analyse de Paul Bérenger, se présentant comme candidat au poste de chef du gouvernement pendant cinq années, comme cela avait été le cas pour les élections de 2010, ne serait pas porteur.

Aussitôt présentée au comité régional, l’information s’est propagée comme une traînée de poudre auprès des militants. Pour certains, c’est la stupeur. « Madan Dulloo était militant, puis il a quitté le parti pour aller au MSM, ensuite il a fondé son propre parti, le MDN, et, pour finir, il est allé chez les Travaillistes pour retourner en 2008 après qu’il ait été révoqué comme ministre des Affaires étrangères par Navin Ramgoolam, alors Premier ministre », s’insurge un militant.

En 2010, Madan Dulloo est candidat mauve dans la circonscription No 6 (Grand-Baie/Poudre d’Or), mais mord la poussière. Ensuite, il passe au No. 12 (Mahébourg/Plaine Magnien) pour les élections de 2014. Il y termine sixième.

Parmi ceux qui ne voient pas cette formule d’un bon œil, l’on explique qu’en 2015, lors des élections de renouvellement des instances du MMM, Madan Dulloo n’avait pu se faire élire pour faire partie du comité central, ni du Bureau politique. Il a dû être coopté par le leader, Paul Bérenger, afin de pouvoir être au BP.

À noter qu’il a déjà été question dans le passé de cette formule. Elle n’avait, cependant, jamais été présentée publiquement ni même discutée au sein des instances du MMM. À un certain moment, il était question de présenter Madan Dulloo comme No. 2 d’un gouvernement mauve pour les élections générales de 2010.

Aux yeux de la direction du MMM, il  serait plus judicieux de venir devant l’électoral avec une double candidature pour ce poste, comme cela avait été le cas en 2000 quand le MSM/MMM avait présenté sir Anerood Jugnauth pour une durée de trois ans et Paul Bérenger pour deux ans. Cette formule avait été largement plébiscitée par l’électorat.

En 2005, la même alliance avait proposé trois ans pour Paul Bérenger et deux ans pour Pravind Jugnauth. Cette fois-là, la formule n’avait pas fonctionné et avait permis à Navin Ramgoolam de s’imposer avec une majorité confortable à l’Assemblée nationale.

Maintenant, c’est donc une formule de trois ans Paul Bérenger et deux ans Madan Dulloo qui sera très probablement présentée aux militants. Si Paul Bérenger va de l’avant avec cette formule, cela veut, cependant, dire qu’Ajay Guness, qui occupe le poste de secrétaire général du MMM depuis des années, sera relégué au niveau de la hiérarchie.

S’il était question à une certaine époque de placer Pradeep Jeeha comme éventuel premier ministrable, tout semble indiquer qu’il s’est brûlé les ailes en soutenant activement Steven Obeegadoo lors de la dernière réunion du bureau politique lundi dernier. Quand la motion de blâme, présentée par Paul Bérenger contre Steven Obeegadoo, avait été discutée, Pradeep Jeeha avait pris position pour l’ex-ministre de l’Éducation et avait soutenu qu’une telle motion était injustifiée et qu’elle ferait plus de mal que de bien. Quoi qu’il en soit, la motion avait été adoptée avec une majorité de 21 contre cinq et deux abstentions.