Son permis volé est utilisé par un autre : il accumule des contraventions qu’il n’a pas commises

Par Reshad Toorab O commentaire
Naushad Ally Moossajee

Naushad Ally Moossajee, un coiffeur de 34 ans et père de famille, n’est pas au bout de ses peines. Cet habitant de Pailles a eu le malheur de perdre son permis de conduire en juillet 2006. Depuis, c’est l’enfer. Il ne cesse d’écoper de contraventions pour des délits, dont il n’est pas l’auteur.

«Après avoir perdu mon permis de conduire, en 2006, j’avais fait une déposition au poste de police de Pailles. J’ai entrepris des démarches auprès de la Traffic Branch et j’ai obtenu une copie de mon permis, une semaine plus tard », raconte Naushad Ally Moossajee.

C’est en 2011 que le calvaire du coiffeur commence. Naushad Ally Moossajee reçoit une lettre de convocation par la cour de Rose-Hill. Il était accusé de violation du Code de la route. Il aurait, en 2010, utilisé un cellulaire au volant et n’aurait pas attaché sa ceinture de sécurité. Pourtant, le coiffeur soutient n’avoir jamais commis un tel délit. Devant la cour de Rose-Hill, il a pu prouver qu’il n’était pas l’auteur de ce délit et que quelqu’un d’autre a utilisé le permis de conduire qu’il avait perdu. L’accusation contre lui a été rayée.

Délits à la pelle

« J’ai continué à accumuler des contraventions dans diverses régions du pays. Un jour, on m’a dit que je n’avais pas attaché mon casque de motocyclette dans les rues de Port-Louis. Une autre fois, la cour de Pamplemousses m’a reproché d’avoir garé un van, en sens interdit, sur un passage pour piétons à Triolet. J’ai dû expliquer que ce n’était pas moi et que je ne possédais même pas de van. Kase la finn dismiss », ajoute ce père de famille.

Naushad Ally Moossajee pensait enfin être à l’abri de tout souci, mais il est à nouveau convoqué par la justice pour deux autres contraventions. Il est sommé de se présenter à la cour de Pamplemousses le 15 novembre 2017. On lui reproche d’avoir circulé à bord d’une voiture, dont la plaque d’immatriculation n’était pas visible, les vitres étaient teintées à 100 % et la vignette invisible.

Enquête personnelle

Pour le trentenaire, dépassé par les événements, c’en était trop. Il décide de mener sa propre enquête pour savoir qui utilise son permis. Il parvient à remonter jusqu’au coupable : un certain Naushad habitant Vallée-Pitot. Naushad Ally Moossajee porte aussitôt plainte au poste de police de Plaine-Verte (OB/No 4428/17). Ce dernier aidera même la police à arrêter le suspect. L’individu passera aux aveux et déclarera avoir utilisé le permis du coiffeur qu’il avait ramassé. Il avait retiré la photo passeport du propriétaire pour y apposer la sienne.

Le 15 novembre 2017, comme d’habitude, Naushad Ally Moossajee plaide non coupable devant la cour de Pamplemousses. Il soutient qu’il n’était pas au volant de ladite voiture.

L’affaire est renvoyée au 15 février.

« Le comble du ridicule dans cette affaire, c’est que le magistrat m’a dit que j’aurais dû emmener le suspect qui a utilisé mon permis de conduire devant la cour. Mo pas enn otorite mwa pou amenn dimoun-la dan la kour. Mo panse la polis so devwar sa. »

« Rendez-moi justice »

Et ce n’est pas fini. Le mardi 20 février, Naushad Ally Moossajee  est convoqué à la cour de Curepipe pour répondre de délits similaires : vitres teintées, vignette pas visible, etc. Tout cela avec la même voiture qui ne lui appartient pas. « Sa kantite fwa mo finn perdi letan dan la kour pou bann ofans mo pa finn fer. Mo ti swete ki otorite konserne ed mwa enn fwa pou tou. Zot enan deza tou prev. »

Sollicitée pour un commentaire sur ce dossier insolite, la police indique que « l’enquête se poursuit dans cette affaire ».