Paul Bérenger : «Le projet Metro Express mal accueilli par la population»

Par Le Dimanche /L' Hebdo O commentaire

Si le leader du MMM s’est dit « fondamentale-ment » en faveur du projet Metro Express, il a émis de sérieuses réserves quant à  son succès financier éventuel et ce « malgré les Rs 10 milliards que l’Inde a généreusement avancées ».  

Lors de la conférence de presse de son parti, samedi à ébène, Paul Bérenger a avancé plusieurs raisons pour corroborer ses dires. D’abord, selon lui, le projet Metro Express passe mal auprès de la population, car la majorité estime qu’il est voué à devenir une catastrophe financière.

« Fondamentalement, le MMM est en faveur de ce projet, mais il faut savoir le réaliser. En toute objectivité, je constate que ce projet est mal accueilli par la population », a-t-il déclaré.

Ensuite, il a attiré l’attention sur des erreurs commises par le gouvernement, qui mettent en danger la mise en place du projet. Selon les conseils de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement, a-t-il ajouté, il ne faut pas séparer l’octroi du contrat de la conception et de la construction de celui des opérations du projet. Il est recommandé de constituer un consortium qui sera responsable de toutes les étapes du projet, soit la conception, la construction et la gestion. Selon lui, le risque est qu’après la conception et la construction, un autre opérateur chargé des opérations décèlera des lacunes dans le projet. La seconde erreur, selon lui, concerne la demande du gouvernement d’une mise à jour de l’étude de faisabilité de 2013 sur le projet par des experts singapouriens, alors qu’on a déjà lancé les appels d’offres pour la conception et la construction.

Par ailleurs, le MMM met le gouvernement en garde contre l’utilisation de la société d’assurance étatique Sicom pour combler les déficits sur les remboursements d’anciens clients de la BAI. « Si jamais c’est aussi l’intention du gouvernement de vendre le National Insurance Company (NIC) à des investisseurs privés locaux ou étrangers, il doit donner des garanties à ses 135 283 clients », a-t-il dit. Il a aussi insisté pour que le gouvernement tienne ses engagements pris auprès des ex-clients du plan Super Cash Back Gold et de Bramer Assets Management.