Père Noël : faut-il laisser nos enfants y croire ?

Par Rachèle Bhoyroo O commentaire
Père Noël

Traineaux, rennes, cadeaux, lutins, que serait Noël sans le Père Noël ? Ce qui semble être une évidence ne l’est pas pour tous. Certains parents, bien qu’ils soient minoritaires, ont décidé de ne pas jouer le jeu. Que ce soit pour des raisons économique, culturelle et religieuse ou par principe, ils ont décidé de dire la vérité. Faut-il laisser nos enfants croire au Père Noël ? Décryptage.

À l’approche de Noël, nous sommes envahis de bonhommes rouges et blancs. Dans tous les centres commerciaux, les magasins et même chez soi. Papa Noël a intégré notre culture. Certains parents brisent le mythe alors que pour d’autres, il est important de préserver la magie de Noël à travers ce grand barbu qui attire une multitude d’enfants même si bon nombre en ont une peur délicieuse…

C’est vrai qu’à l’approche des fêtes, il y a des gosses qui se posent ou posent des questions. Est-ce que le Père Noël existe ? Comment est-ce que les cadeaux arrivent sous le sapin ? Quoi leur répondre ? Et surtout, comment leur expliquer la vérité sans faire éclater son monde magique ?


Une différence de culture

Pour Noël, les chrétiens célèbrent la naissance du Christ. C’est aussi un événement planétaire qui a été largement délesté de ces connotations religieuses. Toutefois, tout le monde ne fête pas Noël. Comme Sarah G., de Port-Louis, mère de trois enfants d’un, deux et quatre ans. De foi musulmane, Sarah affirme que célébrer Noël n’est pas dans sa culture. « C’est un jour comme les autres pour moi. J’offre des cadeaux à mes enfants le jour de l’Eid mais puisque Noël n’est pas dans notre culture, je n’ai aucune raison de leur faire croire au Père Noël. »  Toutefois, l’aînée de Sarah l’a déjà interpellée sur l’existence du Père Noël. « Elle m’a déjà demandé si le bonhomme rouge existe. Je lui ai dit que non, que c’était un déguisement pour faire plaisir aux enfants. Une amie d’école lui avait dit que le Père Noël habite dans un pays très froid. Je lui ai fait comprendre que le Père Noël, c’est comme Cendrillon et Blanche Neige. Elle l’a compris et elle a même fait ressortir que les Pères Noël qu’elle voit ne se ressemblent pas ! »


La Magie de Noël avant tout

Noël est magique pour la plupart d’entre nous, croyants ou pas. Noël, c’est des traditions, une ambiance de fête, des joujoux, des cadeaux… Chez Mai José, la magie de Noël est sacrée. Depuis novembre, le sapin est déjà érigé et les réveils des week-ends se font avec des chants de Noël. « C’est le bonheur d’être ensemble, les enfants sont en vacances et ces moments en famille sont merveilleux. Les préparations de Noël sont très festives et on s’y donne à cœur joie. D’autant qu’on a de la famille qui est à Maurice pour des vacances », confie cette mère de deux filles de quatre et sept ans.

Pour Mai, il est important que ces enfants croient aux Père Noël. « C’est ce qui fait l’enfance et qui rend cette étape de la vie plus douce et innocente tout en nourrissant son imaginaire. Voir les yeux de mes enfants briller devant les sapins, rêver quand je leur raconte des contes de Noël, écrire leurs lettres au Père Noël, c’est juste magique. Que serait Noël sans cette magie ? Alors pourquoi leur gâcher ce plaisir ? »  Elle assure qu’elle va perpétuer cette magie de Noël aussi longtemps qu’elle le pourra. Sa fille aînée commence à se poser des questions, dit-elle, et elle espère pouvoir lui en parler sans rompre la magie de la petite dernière.


«À l’enfant de décider…»

Isabelle Cheung garde un souvenir amer du Père Noël. « Ma sœur contrariée d’avoir découvert le pot aux roses me l’avait dit. J’étais choquée et déçue que mes parents puissent me mentir. » Ayant très mal vécu cet épisode, devenue maman, elle a décidé d’aborder le sujet différemment avec ses enfants. « Quand mon fils avait quatre ans, il m’a demandé si le Père Noël existe et je lui ai demandé ce qu’il en pense, dit-elle. Car le plus important, c’est ce que lui, il croit, c’est ce qu’il décide de croire…. Mes enfants ont quatre et six ans et nous nous sommes transformés en Père Noël en donnant des cadeaux en cachette à une collègue pour des enfants dans le besoin. » Ce faisant, Isabelle espère que ses enfants comprennent mieux qu’elle, enfant, pourquoi les parents jouent au Père Noël.


«Qu’ils sachent que ce sont les parents qui déboursent»

Écrire une lettre au Père Noel et espérer qu’il ramène le cadeau tant désiré. C’est l’attente de plusieurs enfants durant ces fêtes. Toutefois, certains parents n’ont pas souhaité entretenir cette croyance. « La vie est dure et autant qu’ils l’apprennent maintenant », disent les uns. Pour d’autres, c’est essentiel que leurs enfants sachent que ce sont les parents qui déboursent et se démènent pour leur acheter des cadeaux.

Cela fait huit ans depuis que Danielle V. ne donne plus de cadeaux à ses enfants pour Noël. « À six ans, mon fils aîné m’avait fait la remarque que j’étais pingre contrairement au Père Noel. J’ai dû lui expliquer que c’est Maman qui travaille dur pour mettre les cadeaux sous le sapin. Depuis, j’offre des cadeaux dépendant des occasions mais rien pour Noël. » Puisqu’il n’y aura pas de cadeau chez Danielle, pas de sapin ni de décorations non plus. « Je leur ai déjà donné leur cadeau avant les vacances pour qu’ils puissent en profiter. Ça fait des années que nous avons adopté ce style et cela leur convient », affirme-t-elle.


«C’est avant tout religieux»

Chez la famille Conné-Bizy, Noël c’est avant tout une fête religieuse et Bianca, mère d’une petite fille, souhaite perpétuer les traditions. « Je ne dirai pas à ma fille que le Père Noel existe car Noël est pour moi une fête religieuse avant tout. C’est ce que j’ai appris et c’est ce que je veux lui transmettre. »

Néanmoins, cela ne l’empêche pas de croire en la magie de Noël. « En cette période de l’année, les gens sont toujours un peu plus gentils, généreux, positifs et souriants, dit-elle. Cela n’empêche pas non plus d’offrir et de recevoir des cadeaux. » Petite, les parents de Bianca lui ont toujours dit que le Père Noel n’existait pas. « Noël a toujours été magique pour moi même sans Père Nol car mes parents ont tout fait pour. Donc je vais faire comme eux pour ma fille. »

Bianca Conné-Bizy perpétue les traditions entourant les fêtes « C’est-à-dire le grand ménage, la décoration du sapin et de la maison, les chansons de Noël, la messe, la préparation des repas, tout cela sans s’énerver mais avec plaisir… C’est tout ce qu’il faut pour que Noël soit formidable ! » Au final, c’est aussi, pour elle, l’importance de passer de bons moments en famille et d’être heureux peu importe si l’on croit ou pas au Père Noel et ses petits lutins.


Le mensonge du Père Noël

Pour certains parents, il est important de ne pas mentir aux enfants. Fête de Noël ou pas, c’est la vérité qui prime. Cette année, Harmonie Lamoureux a décidé de briser le mythe. « Dans quelques semaines, je dirai la vérité à mon fils. Il ne comprendra peut-être pas mais je le lui expliquerai car pour moi il est inconcevable de mentir ainsi à mon enfant. » Pour Harmonie, perpétuer ce mensonge est une façon de montrer à l’enfant que certains mensonges sont acceptables. Pour elle, ce discours de Père Noël est incompatible avec les valeurs qu’elle veut inculquer à son enfant. « Est-ce que vous accepteriez d’apprendre à votre enfant à voler ou à être grossier ? Lui dire que le Père Noël existe, c’est la même chose ». Consciente que son enfant ne comprendrait peut-être pas, Harmonie affirme qu’elle le répètera jusqu’à ce qu’il comprenne. « Je trouverai les bons mots et le bon moment pour le lui expliquer. »


Krishna Seebaluck, psychologue : «N’utilisez pas l’argument du Père Noël pour réprimander un enfant»

Certains parents décident de laisser croire, d’autres non. Pour le psychologue Krishna Seebaluck, il est important de respecter l’enfant dans sa démarche et il faut établir une limite. « Un enfant ne commence pas à raisonner avant l’âge de quatre à cinq ans. Il confond donc imaginaire et réel et ne comprend pas les choses comme nous. Comme par exemple et entre autres, que les choses ont un prix. Le Père Noël contribue donc à cette magie de l’enfance. Cela nourrit son imagination et c’est bénéfique pour lui. »

Cependant, le psychologue affirme qu’il y a des limites à ne pas dépasser. « Il ne faut surtout pas utiliser l’argument du Père Noël pour exprimer son autorité. Par exemple dire à l’enfant « si tu n’es pas sage, le Père Noël ne te donnera pas de cadeau ». Cela lui donnera une mauvaise estime de soi. Si vous jugez que l’enfant demande trop de cadeaux, vous pouvez lui expliquer qu’il y a un choix à faire et l’y aider. »

Par ailleurs, notre expert avance que si l’enfant commence à se poser des questions, les parents peuvent l’aider dans son raisonnement en lui demandant ce qu’il en pense. Cela aidera à stimuler son raisonnement et à découvrir la vérité par lui-même. « Il faut suivre son rythme et si l’enfant décide d’y croire ou pas, il faut le soutenir. » Un jour ou l’autre, l’enfant cessera d’y croire. « Ce sera un signe que l’enfant délaisse le monde des petits pour passer graduellement chez les grands. La logique prendra ainsi la place de l’imaginaire. »