26 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 04 January 2013 12:30

Construction d’un mur et abattage d’arbres – La compagnie Anumeen Limited poursuivie par des pêcheurs et habitants de Mahébourg Featured

Rate this item
(0 votes)
Le mur de la discorde. Le mur de la discorde.
L’association des pêcheurs professionnels de Mahébourg, le mouvement solidarité de Mahébourg et Jean Mauricio Virginie sont en rogne. Ceci après que la compagnie Anumeen Limited a construit un mur et fait abattre des arbres sur un terrain d’État à Cité La Chaux. Ils ont initié des poursuites contre la dite compagnie.
Cette poursuite survient après que la compagnie a construit un mur et fait abattre des arbres sur un terrain d’État à Cité La Chaux, Mahébourg.

Ces derniers demandent à la Cour d’émettre un ordre pour détruire le mur qui, selon eux, a été construit illégalement sur le terrain d’État. Ils  réclament aussi de la compagnie Anumeen qu’elle n'interfère pas dans leur tranquillité et ne fasse pas abattre les plantes sur le dit terrain. L’affaire sera appelée le 31 janvier 2013.

Jean Mauricio Virginie est un mécanicien qui répare les bateaux de ceux qui sont membres de l'association des pêcheurs professionnels de Mahébourg et de ceux qui vivent dans les villages avoisinants et des membres de la Lyon’s Fisherman’s Corporation Society.

Ainsi, les plaignants affirment qu'à Cité La Chaux, il existe un terrain d’État qui fait partie du domaine public. Ils avancent aussi que plusieurs variétés d’arbres s’y trouvent, notamment des filaos, des « coqueluches », des « poivrons marron », des cocotiers et des goyaviers.

Les plaignants évoquent que, durant le mauvais temps, ils ont l’habitude de placer leur bateau sur ce terrain. Ils soulignent que le terrain est utilisé par Jean Mauricio Virginie, le mécanicien, pour réparer des bateaux.

Ainsi, Jean Mauricio Virginie affirme qu’il a un petit atelier pour la réparation des bateaux des pêcheurs. Il indique qu’il travaille comme mécanicien de bateaux depuis 1994.

Selon les plaignants, le 3 novembre 2011, Anumeen Limited a construit un mur sur ce terrain d’État sans avoir obtenu de « Building and Land Use Permit ». En outre, les plaignants reprochent à Anumeen Limited d'abattre des plantes sans avoir obtenu l’aval du ministère des Terres et du Logement et du ministère de l’Environnement. Ils avancent que le mur construit par Anumeen Limited fait sept pieds de hauteur et s'étend tout au long de la route principale vers la plage.

D’autre part, les plaignants font mention que  « the said wall is also illegal and unlawful as the defendant ( Anumeen Limited) has not respected the 30 metres High Water Mark nor has he respected the said water mark set back. In fact, no construction of whatever nature can be undertaken within thirty metres of the high water mark».

Ils évoquent aussi après qu’ils ont protesté contre la construction de ce mur et l’abattage des arbres, Anumeen Limited a alors dû arrêter les travaux de construction.

Pour ces raisons, les plaignants se sont tournés vers la justice pour demander réparation. Ils ont ainsi initié des poursuites contre Anumeen Limited pour que la compagnie soit sommée de cesser la construction du mur, ainsi que la destruction des plantes.




Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Google+