06 May 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Cedric Ramasawmy

Cedric Ramasawmy

Les fidèles auditeurs de Radio Plus et les lecteurs du Défi Quotidien ne sont pas restés insensibles à notre appel à la générosité. Souvenez-vous, dans notre édition du jeudi 30 avril, nous avions évoqué le cas d’une modeste famille à Tranquebar où deux enfants, dont une atteinte d’autisme, sont sans nourriture.
Mohammed Saleem Ayood est désespéré. Il veut compléter la construction de son bâtiment à la jonction des rues Dioré et La Paix, à Port-Louis, mais il rencontre certaines difficultés. Selon lui, l’absence de grilles métalliques le pénaliserait. Récit.
Il prétend avoir payé Rs 140 000 à une agence de voyages pour deux  pour aller à la Mecque et en Inde. Selon Rehaz T., il n’a pas reçu des repas halals et a souffert d’un changement d’hôtel « inexplicable ». Il a été contraint de se mettre debout tout le long d’un trajet de 18 heures en train. L’agence de voyages réfute ces allégations.
C’est leur mère qui est venue de l’avant pour dénoncer leurs pénibles conditions de vie. Marie Jeanne d’Arc Étienne, âgée de 43 ans, lance un appel à la solidarité aux Mauriciens pour venir en aide à ses enfants. Elle demande des denrées alimentaires pour subvenir des besoins de ses deux enfants.
Marc Arthur Assouan rêvait de faire carrière à Maurice. Ce milieu défensif ivoirien de 21 ans a débarqué chez nous le 2 décembre 2014 et a paraphé un contrat avec l’ASPL 2000. Selon ses dires, il serait sans salaire depuis janvier et a été évincé de l’escouade de l’ASPL 2000. Il rentre en Côte d’Ivoire ce jeudi 30 avril. Anwar Ehalee, président du club réagit.
Le spécialiste lui aurait dit qu’il ne pourrait utiliser l’appareil laser de l’hôpital sauf  sur instructions du directeur. C’est ce qu’allègue une patiente qui s’est rendue à son rendez-vous le lundi 20 avril.
Elle se dit choquée par le contenu de la lettre qu’elle a reçue du Central Electricity Board (CEB). Sandrine Kalichurun, originaire de France, avait déposé une demande pour la fourniture d’électricité à son domicile du morcellement Mare-Sèche, à Péreybère. Le CEB lui réclame Rs 62 360, une somme jugée « exorbitante » pour la connecter au réseau.
Marie-Noëlle Ladouceur a été surprise lorsque les autorités ne lui ont pas approuvé la remise d’un passeport. La faute à un trait d’union qui manque dans son acte de mariage. Alors qu’elle devait effectuer un voyage en juillet 2014, elle a été contrainte de rester au pays. Cette mère de famille s’explique.
Nous avions évoqué ce cas dans notre édition du 15 janvier dernier. Des habitants de la région de Plaine Lauzun montraient leur inquiétude concernant la « pollution causée par la station thermique de Saint-Louis.»
Dans notre édition du lundi 6 avril, nous avions relaté le cas d’Ally. Cet ex-détenu, sans emploi, nous avait confié les motifs de son désespoir après son arrestation pour vol et sa condamnation. Son certificat de caractère n’est plus vierge et il a du mal à trouver un travail.
Page 1 of 45