17 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Cedric Ramasawmy

Cedric Ramasawmy

Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? Ce dicton est devenu courant chez les conseillers du village Camp Thorel. Alors que les autorités leur ont promis la reconstruction du terrain de football et l’installation de lampadaires, ils prennent leur mal en patience. Le hic, c’est que les lampadaires récemment installés ont été déplacés vers le terrain de foot à Dubreuil pour l’inauguration.
Elles avaient délaissé leurs familles, leur quartier, leur pays pour venir travailler à Maurice. Mais au fil de leur séjour chez nous, Shahnaz Mosammat et Mst Akhi Akter ont développé des complications de santé. Déclarées « Unfit to Work » par les médecins mauriciens, les deux Bangladeshies demeurent inactives dans leur dortoir. Elles souhaitent quitter Maurice au plus vite, mais leur employeur, une compagnie textile, y rechigne.
Wednesday, 09 April 2014 14:10

À Grand-Baie : Du paradis à l’enfer ?

Le village touristique du Nord perd sa richesse au quotidien. C’est ce qu’en pense l’Association des Commerçants de Grand-Baie. Les causes : insécurité,  concurrence déloyale, vol et prostitution gagnent du terrain. Elle tire la sonnette d’alarme.
Le terrain vague situé sur la route Royale, à Terre-Rouge, semble être devenu une source d’irritation pour les enseignants d’une Madrassa) de la localité. Et pour cause : ce terrain juste à côté de la mosquée est au centre d’une controverse depuis plusieurs mois.
Pitié pour nos morts ! Laissez les reposer en paix ! Tel est le cri de cœur des proches des défunts enterrés au cimetière de Bois Marchand. Le fait est que ces proches s’insurgent contre la profanation de certains caveaux. Les cercueils sont volés et les ossements des défunts jetés dans les herbes folles.
Il avait soumis une application pour une Driving School & Instructor’s Licence le 19 septembre 2013. Toutefois, en janvier 2014, Devarajen M. reçoit une lettre en provenance des Casernes centrales pour l’informer du rejet de sa demande. Il crie à l’injustice.
Elle compte sur la générosité des lecteurs du Défi Quotidien pour retrouver une meilleure vie. Marie Suzy Micheline Calou, 63 ans, habite Quartier-Militaire. Sa maison a été détruite le samedi 15 mars dans un incendie. Elle a tout perdu. Pour s’en sortir, elle lance un appel à solidarité.
Il a consigné une déposition au poste des Line Barracks contre un habitant d’un faubourg de la capitale. Mohamed Carrim Mohoboob dit avoir déboursé Rs 52 000 pour l’installation des granites dans sa cuisine. Or, les travaux sont restés inachevés.
Cela fait huit ans qu’il a quitté le toit familial pour des raisons qu’il juge très personnelles. Depuis 2006, Jean Kerskey Zameer effectue des petits boulots pour gagner sa vie.
Il vit seul et dans une situation précaire. Salomon Aza vivait dans une bicoque dans un faubourg de la capitale, sans eau et sans électricité. Aujourd’hui, le septuagénaire a trouvé refuge dans une maison à Cité Richelieu, et il débourse Rs 2 200 comme loyer mensuel.
Page 1 of 29

Google+