26 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 12 June 2012 10:49

Il y a 30 ans – 12 juin 1982 : l’histoire de nombreux combats Featured

Rate this item
(0 votes)
12 juin 1982 – 12 juin 2012. Cela fait 30 ans aujourd’hui que le pays connaissait le premier 60 – 0 de son histoire.
Suite aux élections du 11 juin 1982, le MMM engrangeait sa première victoire depuis sa création en 1969. Des législatives qui débouchèrent sur des changements constitutionnels salutaires, qui ne furent pas à la hauteur de grands espoirs. 

12 juin 1982. Le Mouvement militant mauricien, allié à l’époque au Parti socialiste Mauricien de Harish Boodhoo, balayait littéralement le Parti de l’Alliance Nationale (une coalition menée par le Parti travailliste) de sir Seewossagur Ramgoolam. Le PAN récoltait un peu plus de 25 % des suffrages alors que le MMM/PSM en récoltait plus de 63 %.

« Le résultat en lui-même est issu d’un dysfonctionnement de notre système politique », explique Jocelyn Chan Low, historien. Mais réussir un tel score pour le MMM, après 14 ans d’existence à peine, relève de plusieurs facteurs. « Nous avions une population très jeune issue du baby boom post Deuxième Guerre mondiale. Elle ne se retrouvait pas au sein de la société. Et question politique, nous nous retrouvions alors avec un PTr vieillissant. Ces jeunes ont ainsi adhéré en masse au MMM », précise l’historien.

« La victoire de 1982 fut la consécration d’une longue marche de Maurice vers une société plus juste et plus équitable », insiste Vishnu Lutchmee-naraidoo, à l’époque candidat du MMM au No 13. « Le régime politique de cette époque était devenu désuet, avec le chômage endémique, et une double dépréciation de la roupie », se rappelle, pour sa part Cassam Uteem, qui sera ministre de la Sécurité sociale à l’issue de ces élections. « Il y avait comme un vacuum, un laisser-aller dans le pays. Le découragement prévalait à tous les niveaux. La population voulait de nouveaux visages à la tête du pays », soutient Harish Boodhoo, qui était leader du PSM et deviendra vice-Premier ministre.

Les législatives de 82, en sus d’avoir été le premier 60-0 de l’histoire, déboucheront sur quelques avancées, dont certaines perdurent. « Nous ne pouvons oublier les amendements constitutionnels qui interdisent de renvoyer les élections », explique Jocelyn Chan Low. « Ces changements constitutionnels, et d’autres initiatives du genre, ont permis à Maurice d’être reconnu comme un état véritablement démocratique », souligne Cassam Uteem.

Il rappelle également l’institution d’une allocation chômage ou les initiatives de certains travailleurs qui refusèrent des hausses salariales. « Nous avons ébranlé plusieurs vestiges du colonialisme qui perdurait», ajoute Vishnu Lutchmeenaraidoo. Cette grande victoire fut marquée par un « grand élan patriotique » qui, hélas, tourna court. Après neuf mois de gouvernement, c’est l’éclatement de l’alliance MMM/PSM. Le MSM, créé par d’anciens éléments du MMM et du PSM, fera alliance avec le PTr et le PMSD pour remporter la victoire lors des législatives anticipées de 1983.

S’il y a eu des réalisations mémorables en 1982, sur d’autres points, ce fut quasiment un échec. « S’il y a eu des changements constitutionnels pour interdire le renvoi des élections législatives, nous avions fait une grosse erreur en omettant de faire la même chose pour les municipales », explique Harish Boodhoo. « C’est avec beaucoup de tristesse que je constate une faillite du concept ‘enn sel lepep enn sel nation’. C’était un combat perdu d’avance », se désole Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Didier Hortense

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus