16 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 20 January 2013 10:17

Paul Bérenger : « L’empire Soornack-Gooljaury est une pieuvre financière » Featured

Rate this item
(0 votes)
Le leader mauve a promis, samedi en conférence de presse, des détails sur un « nouveau scandale » qui impliquerait l’activiste travailliste.
« Depuis 2005, l’empire Soornack-Gooljaury est devenu une pieuvre financière. Plus nous fouillons, plus nous mesurons son ampleur et les ramifications de Madame Nandanee. Et il y a encore plein de choses à découvrir », a déclaré Paul Bérenger, qui a évoqué un « nouveau scandale » qui impliquerait Nandanee Soornack.

Il serait question, a-t-il souligné, d’un bâtiment de Rs 600 millions en construction sur des terres (« prime land ») de Business Park of Mauritius Ltd. « C’est un énorme scandale, dont je dévoilerai les détails une fois mon enquête complétée. Et croyez-moi, il y aura beaucoup de choses à dire ! »

Sur l’insistance de la presse, Paul Bérenger a indiqué que « la construction a déjà démarré et il y a même eu des ventes ». Il a aussi évoqué « deux lettres », avant de souligner : « Toutes les terres de BMPL sont destinées aux activités liées au secteur informatique. Ce bâtiment devait initialement abriter des opérateurs de ce domaine, mais cela a été étendu à d’autres activités. Une première lettre indique que c’est un projet uniquement consacré au secteur des Tic. Une autre lettre, mentionnant une extension des activités du projet, a suivi. » Mais où se trouve ce bâtiment à Ébène ? « Il y a une grue à côté », dira Paul Bérenger. (Voir plus loin la réaction de BPML.)

Le directeur d’Airports of Mauritius Ltd (AML) en a pris pour son grade. « Serge Petit a fait une bourde magistrale. Il aurait dû avoir la décence de démissionner ». Paul Bérenger de déplorer le « culot » de Navin Ramgoolam « de défendre la petite erreur » de Serge Petit. En revanche, il a salué la Mauritius Revenue Authority (MRA) pour avoir révélé qu’elle avait initié une enquête sur les business de Nandanee Soornack. « J’espère qu’il n’y aura pas de pression sur l’organisme », a-t-il ajouté.
 
Le retrait du juge Domah
Pour Paul Bérenger, c’est une « bonne chose » que le juge Domah se soit récusé : « Il n’aurait jamais dû présider cette affaire et émettre un gagging order. » Le leader du MMM précise qu’il « n’avait pas encore tiré l’artillerie lourde » contre le juge Domah. « Son ton et son langage étaient inacceptables ! Moins on entendra parler du juge Domah, mieux ce sera », a-t-il déclaré. Selon le leader mauve, le judiciaire est « à la croisée des chemins ». Il a dit compter sur le chef juge Sik Yuen et le Senior Puisne Judge Matadeen pour prendre la « bonne direction ».

 Concernant l’interrogatoire de Nita Deerpalsing au Central CID, Paul Bérenger a critiqué ce qu’il qualifie de « deux poids, deux mesures » dans le traitement que la police inflige aux membres de l’opposition et à ceux du gouvernement. « C’est révoltant et cela écorne l’image de la police. Il faut cesser avec les ingérences politiques et les transferts punitifs. Il n’est pas trop tard pour que le commissaire de police se ressaisisse », a-t-il souligné.

Paul Bérenger n’a pas non plus ménagé Navin Ramgoolam : « Nous sommes dans un bateau sans capitaine. C’est mauvais et dangereux. Le pays est à la dérive », a-t-il dit. « Après avoir complètement disparu, voilà que Navin Ramgoolam fait, vendredi, une déclaration stupide et enfantine. Il a refusé de dire s’il irait à Davos en Suisse pour le forum économique mondial. »
 
Pilotage automatique
« Notre économie est en pilotage automatique. Si elle continue à tourner, c’est grâce au secteur privé, qui n’accorde d’ailleurs plus d’importance au gouvernement », a soutenu le leader du MMM. Pour lui, le gouvernement aurait dû venir de l’avant avec des initiatives et la création de nouveaux secteurs : « Avec tout le tapage autour du projet Maurice île Durable, le secteur privé attend depuis des années le feu vert du gouvernement et de la State Trading Corporation pour aller de l’avant avec la production d’éthanol. C’est bon pour l’environnement et cela permettra au pays d’économiser des devises. Navin Ramgoolam n’a jamais pu prendre une décision », a-t-il insisté. « Conséquence : le secteur privé produira cette année de l’éthanol pour l’exportation uniquement. C’est le symbole des symboles ».

Dharam Naugah, de BPML : « Nandanee Soornack n’a pas de projet à Ébène »
Invité à réagir aux propos de Paul Bérenger, Dharam Naugah, président exécutif de Business Parks of Mauritius Ltd (BPML), soutient que « Nandanee Soornack n’a pas de projet à Ébène ». Il explique qu’il y a plusieurs projets, entre quatre et cinq, en chantier à Ébène actuellement. « Mais autant que je sache, ces projets n’ont rien à faire avec Nandanee Soornack », dit-il.

Autres thèmes commentés
Le MMM ne veut pas que le bureau de l’Audit produise deux rapports, « l’un pour féliciter gouvernement » et l’autre pour le critiquer. « C’est choquant que le directeur de l’Audit ait dit oui à cette proposition du secrétaire du cabinet », a déploré Paul Bérenger, qui trouve aussi à redire sur le fait que le dossier de trafic d’armes allégué a atterri à la Commission anticorruption.

Il recommande que la police poursuive son enquête dans l’affaire Timol, d’autant, a-t-il souligné, « qu’une commission d’enquête prendra des années » pour boucler ses travaux. Il insiste sur le fait qu’un ancien juge ou magistrat devrait occuper la présidence de cette commission d’enquête.

Le leader du MMM a indiqué que la mairie de Port-Louis a fait trois propositions en faveur des marchands ambulants. « Nous comptons sur Anil Bachoo pour qu’il n’en fasse pas une affaire partisane et qu’il ne mette pas des bâtons dans les roues. » Autre actualité commentée : le « cafouillage » suite à un licenciement au CEB avec, « d’un côté le ministre du Travail qui réclame la réintégration du licencié et de l’autre, le ministre Beebeejaun qui  s’y oppose ».

Serait-ce ce bâtiment ?
De quel projet peut bien parler Paul Bérenger ? Il y a plusieurs chantiers à ébène. Mais l’un d’eux attire notre attention. Il n’y a pas de panneau de chantier (indiquant le promoteur, l’entrepreneur et d’autres détails du projet). Pourtant, les travaux semblent en bon train, comme l’indique la grue. Et la présence de deux policiers pas très loin… Mais tout cela peut n’être qu’une coïncidence !





Last modified on Sunday, 20 January 2013 10:33
Christina Vilbrin

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Google+