Prison Petit-Verger : de la drogue synthétique dans des nouilles sèches

Par Nasif Joomratty O commentaire
Prison Petit-Verger

Les proches des détenus ne manquent pas d’imagination lorsqu’il s’agit de passer des objets non autorisés et interdits dans les maisons d’arrêt.

Àla prison de Petit-Verger, dans la journée du mardi 23 janvier, cinq colis contenant du cannabis synthétique ont été découverts dans un sachet nouilles sèches. Si personne n’a été arrêté jusqu’ici, les images des caméras de surveillance au centre pénitentiaire seront visionnées par la police. De son côté, le service pénitentiaire a rehaussé son niveau de vigilance à la prison de Petit-Verger. Des gardiens effectuent désormais des rondes sur la route, en vue de détecter toute activité louche.

C’est après vérification du sachet de nouilles que les deux gardiens du service 24/7 ont découvert le pot-aux-roses. Cinq colis contenaient environ un gramme de drogue synthétique chacun et étaient soigneusement placés dans le sachet de nouilles sèches. Des pierres y étaient également. « Zot mett ross pou kapav avoy parcel-la pardesi miray prizon », nous expliquent nos sources proches au centre pénitentiaire de Petit-Verger.

Cette pratique existe depuis pas mal de temps. Les proches ou complices des détenus balancent des colis contenant de la drogue ou des cellulaires par-dessus les murs d’enceinte de la prison. Pour contrer cette pratique, Vinod Appadoo, Commissaire des Prisons, a mis en place une équipe de Foot Patrolling à l’extérieur des différentes prisons du pays. « Cette mesure a contribué à réduire le nombre de téléphones ou d’autres colis saisis », affirme le Commissaire des Prisons. La police de Pointe-aux-Sables a été alertée de ce cas et l’enquête a été référée à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu).

Toujours dans le cadre du combat contre le trafic de drogue, un habitant de Nouvelle-France a été arrêté en possession de 40 grammes (g) de cannabis synthétique. C’est tôt dans la matinée du lundi 22 janvier qu’une équipe de la brigade des stups a perquisitionné le domicile du suspect.

Au cours de cet exercice, sept rouleaux contenant du cannabis synthétique, du papier aluminium, une balance électronique utilisée aux fins de distribution, ont été saisis. Une boîte en plastique contenant 25 g de drogue synthétique, répartis en 115 doses, ont été récupérés par l’Adsu. 11,2 g de drogue synthétique en 42 doses ont été retrouvés dans une autre boîte en plastique soigneusement renfermée.

Dans l’après-midi du lundi 22 janvier, le suspect a été traduit devant le tribunal de Grand-Port. Une accusation provisoire de possession de drogue a été déposée contre ce dernier. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle, la cour a ordonné que l’homme de 33 ans soit placé en détention.