26 January 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Reshad Toorab

Reshad Toorab

Des sous-vêtements, chaussettes, savates et autres objets personnels sont cloués en ce lieu dit Malakoff ou Bois-de-Fer à L’Escalier. Des pratiques de sorcellerie (on y sacrifie des poules, des cochons ou des boucs) y auraient cours.
Des sous-vêtements, chaussettes, savates et d’autres objets personnels sont cloués à un arbre sur un lieu de culte connu comme Bois-de-Fer à L'Escalier, dans le sud de l’île Maurice comme en témoigne notre diaporama.
Arshad Ghoora, habitant de Plaine Lauzun, a porté plainte au poste de police de l’hôpital, ce lundi 19 janvier. Il a aussi protesté auprès du directeur de l’établissement alléguant la négligence médicale.
Hier, mardi 20 janvier, à 14 heures, Salim Muthy s’est rendu auprès de la Commission des droits humains. Le président du groupement Zistice Amicale Four confie au Défi Quotidien les motifs de cette convocation officielle et de la création « du groupe de soutien des quatre condamnés de l’Affaire Amicale. »
C’est la grogne au sein de la force policière. Le nouveau « shift of duty »  dérange. Ce changement a pris effet à partir du 10 janvier.
C’est le 7 janvier dernier que la police a interpellé six personnes liées aux incidents de Grand-Bois. Le principal protagoniste de cet incident est Menon Chemben, quatre parents et deux amis. Le 12 janvier, cinq d’entre eux ont été libérés contre une caution de Rs 8 000 sous la charge provisoire de Damaging Property by Band.
Camp-Caval a été le théâtre d’une scène peu habituelle le jeudi 8 janvier. Un assistant-manager et des proches ont été agressés et leur maison saccagée. Motif : il aurait demandé à ses agresseurs, qui dérangeaient le voisinage, de faire preuve de respect pour sa femme et ses enfants.
Un incident survenu le 7 janvier 2015 à Cité Vuillemin, Quartier-Militaire, aurait fait trois blessés, dont deux étudiants. C’est du moins la version des présumées victimes, mais la police semble procéder avec prudence, vu que c’est un conflit familial.  
«C’est le monde à l’envers. Nous pensons qu’il y a anguille sous roche dans cette affaire. Voilà maintenant que l’accusé devient accusateur. Nous sommes choqués d’apprendre que la police veut interpeller le recteur Osman Jambocus et l’inculper pour menaces, alors que deux individus l’avaient agressé et ont manqué de le kidnapper si nous n’étions pas intervenus, lundi matin.»
Osman Jambocus, recteur de la Doha Academy, allègue avoir été agressé lundi matin dans l’enceinte de l’établissement à Wooton. Selon le recteur, âgé de 55 ans, deux individus ont fait irruption dans son bureau vers 9 h 30. Ils l’auraient giflé et insulté, avant de lui lancer « Nous pa le trouve toi dans l’école. »
Page 1 of 47