Produits inflammables : quelle sécurité pour le stockage de pétards et de feux d’artifices ?

Par Adila Mohit-Saroar O commentaire
pétards et de feux d’artifices

Le crépitement des pétards et des feux d’artifices reste ancré dans nos traditions en cette période de fin d’année. La vente de ces deux produits a démarré dans les commerces. Après l’incendie dans l’entrepôt de l’hypermarché Shoprite, des questions se posent quant à la sécurité. Nous avons reçu des doléances de personnes qui avancent que la façon dont ces produits sont exposés peut s’avérer dangereuse. Nous avons fait la tournée de quelques grandes surfaces pour un constat de la situation.

Vendredi 1er décembre. Il est près de midi quand nous débarquons dans cet hypermarché des Plaines-Wilhems. De nombreuses personnes y font leurs achats. Nous nous faisons passer pour des clients à la recherche des rayons où sont exposés les pétards et les feux d’artifices. Après plusieurs minutes à déambuler à l’intérieur de ce commerce, nous parvenons à repérer ce que nous cherchions.

à notre grand étonnement, les pétards et les feux d’artifices se trouvent au centre même de l’hypermarché. à quelques pas des rayons où sont rangés ces produits inflammables se trouvent ceux exhibant les vêtements. « Pensez-vous que ce soit normal que de tels produits soient exposés si près les uns des autres ? Ce n’est pas logique. Il faut penser à la sécurité des gens », fulmine Patrick, un client que nous avons interrogé. Pour lui, il faut plus de sécurité, car un accident est vite arriver.

Nous mettons le cap sur un autre hypermarché dans la région nord. Et là, nous sommes encore plus perplexes de voir ces produits disposés près de l’entrée, s’étalant sur plusieurs mètres. Nous essayons de tromper la vigilance du vigile, qui fait le va-et-vient, pour prendre des photos. Une fois cette mission accomplie, nous interrogeons des passants sur la question de sécurité. Et plus d’un trouvent que ce n’est pas normal de disposer ces produits dans un tel endroit. « Si une personne allume une de ces mèches, cela risque de faire flamber ces produits exposés », souligne Noganaden.

Nous continuons notre tournée et nous nous arrêtons dans une troisième grande surface. Nous nous renseignons auprès des employés sur l’emplacement où sont rangés les pétards et les feux d’artifice. Les objets de nos  préoccupations sont placés dans un coin du bâtiment. Près des produits se trouvent une porte de secours, un extincteur et une bouche d’eau.

Toutefois, lors de notre tournée dans ces grandes surfaces, nous nous sommes aperçus que les pétards et les feux d’artifices sont stockés sur des rayons à la vue des caméras et des vigiles.


Contrôle strict dans les commerces ?

Comment être sûr que ces produits sont sans danger pour les consommateurs ? à cette question, Amar Deep Seetohul, Acting Head de la Consumer Affairs Unit au ministère du Commerce, explique qu’il faut un permis pour pouvoir importer ces produits. « Les pétards et les feux d’artifices font partie des produits dont l’importation est strictement contrôlée. L’importateur doit d’abord obtenir une autorisation de la Trade Division du ministère du Commerce », affirme-t-il.

Il y a, au préalable, un système de contrôle strict avant que les pétards et les feux d’artifices ne soient mis sur le marché. Il y a des échantillonnages effectués par le Mauritius Standards Bureau, la Consumer Affairs Unit et la Special Mobile Force.  « Des échantillons sont prélevés sur chaque variété de pétards et feux d’artifices pour être analysés », poursuit Amar Deep Seetohul. Il y a plusieurs critères, comme par exemple, la longueur des mèches et le nombre de décibels de l’explosion. Les produits ne répondant pas aux normes sont détruits.

Qu’en est-il de la façon dont les pétards et les feux d’artifices sont exposés dans les commerces ? à cette question, l’Acting Head de la Consumer Affairs Unit indique que, s’il y a des plaintes, des inspecteurs peuvent effectuer une visite, même si cela ne tombe pas sous leur juridiction. « L’aspect sécurité concernant le stockage et l’exposition de ces produits concerne principalement les pompiers », dit-il.

Contacté, le Chief Fire Officer Louis Pallen déclare qu’il y a des précautions à prendre pour exposer les pétards et les feux d’artifices dans les commerces. « Ces produits peuvent s’avérer dangereux. Ils peuvent prendre feu et exploser. Raison pour laquelle il faut les isoler des autres produits mis en vente. Il ne faut pas qu’il y ait une source de chaleur et du matériel combustible à proximité. Il faut aussi avoir tout ce qu’il faut à portée de main pour éteindre tout début d’incendie. Exposer ces produits près d’une porte de secours est recommandé », explique le Chief Fire Officer.

Toutefois, Louis Pallen soutient que le Fire and Rescue Service n’effectue des inspections dans des commerces uniquement quand il y a des plaintes. « C’est au public de rapporter le cas s’il estime que la façon dont ces produits sont rangés peut représenter un danger », lance notre interlocuteur. Il précise aussi que, si lors des inspections, on trouve qu’il y a des lacunes, les fautifs peuvent faire face à une enquête et écoper d’une amende.

Quelques chiffres

Entre janvier et novembre 2016, pas moins de 111 867 kilos de pétards et 376 396 kilos de feux d’artifices ont été importés de Chine. Il y a eu huit importateurs de pétards et douze de feux d’artifice. Quant aux prix des pétards et des feux d’artifice, ils varient de Rs 10 à Rs 25 000.

Selon un sondage effectué par Retail Scan Services, 60,9 % des sondés dépensent entre Rs 100 et Rs 500 pour l’achat de pétards et 33,7 % dépensent entre Rs 500 et Rs 1 000. 3 % des sondés y consacrent entre Rs 1 000 et Rs 1 500, alors que 2,3 % dépensent au-delà de Rs 1 500. Autre constat : 40,2 % des personnes interrogées préfèrent acheter les pétards en ville, 26,3 % dans des centres commerciaux, 18,8 % auprès des marchands ambulants et 12 % dans les supermarchés.