21 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 17 April 2012 12:00

Personnalités de la décennie – Les lauréats de Radio Plus

Rate this item
(0 votes)
Dans le cadre de son 10e anniversaire, la radio de la rue Labourdonnais a tenu à récompenser 10 personnalités dans leurs domaines respectifs.
Un palmarès décidé par les votes du public et d’un jury composé de Jane Valls, responsable du Mauritius Institute of Directors, Jugdish Joypaul, journaliste de carrière, Raj Makoond, directeur du Joint Economic Council, Mohammad Vayid, ancien président de la Mauritius Employers’ Federation, Michael Glover, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, et Hansley Antoine, porte-parole de la Masa.

Artiste : Miselaine Duval
Conquérir le cœur des Mauriciens. Depuis 1995, la troupe Komiko laisse difficilement insensible avec son humour singulier. Elle est placée sous la direction de Miselaine Duval-Vurden, sa fondatrice, qui a été désignée artiste de la décennie : « Cette récompense est la preuve que nous avons donné à la comédie ses lettres de noblesse.


Miselaine Duval


Elle vient valoriser le travail que nous faisons depuis 17 ans. L’humour mauricien est devenu aussi professionnel que celui d’autres pays. » Miselaine Duval-Vurden a su donner une autre dimension au théâtre. Pour ce faire, il a fallu bosser dur, avec la collaboration de plusieurs artistes. Parmi les fidèles lieutenants de la comédienne, on retrouve Didier, Wesley, Guillano et Yousouf.

Malgré des hauts et des bas, Komiko s’est frayée un chemin dans le monde de l’événementiel. Cette passion pour le théâtre et les spectacles humoristiques a amené la troupe à évoluer sur la scène internationale. Outre l’écriture de scripts, la mise en scène et la présentation, Komiko a lancé Karavan Komiko et elle offre désormais des cours de théâtre au Kafé T@, à Belle-Rose.

Jeune talent : Roumane Issemdar

Gravir les 5 891,8 mètres du Kilimandjaro ne relève pas d’un simple défi. Roumane Issemdar, étudiante en sciences politiques à l’université de Maurice, a réalisé cet exploit le 9 mars pour dire non à la violence à l’égard des femmes. « J’ai été surprise d’apprendre que le public m’a choisie. J’espère que les jeunes s’engageront davantage et qu’ils seront récompensés plus souvent », dit-elle. À 22 ans, cette habitante de Quinze-Cantons représentait Maurice lors d’une campagne organisée par Africa Unite, pour mettre un terme à la violence contre la femme en Afrique.

Roumane Issemdar


Roumane Issemdar fréquentait le collège Lorette de Quatre-Bornes, où elle est parvenue à assurer le parfait équilibre entre études et activités sociales. Malgré ses études universitaires, elle trouve toujours du temps pour les autres. Actuellement, elle est la commissaire nationale des louveteaux de la Mauritius Scout Association.

Travailleur social : Ally Lazer et Sheela Baguant
L’infatigable Ally Lazer dédie cette récompense à tous ceux qui ont perdu un proche à cause de la drogue : « J’ai une pensée spéciale pour toutes ces familles qui souffrent. Je suis très reconnaissant envers Radio Plus, qui reconnaît l’importance des travailleurs sociaux. »

Natif de Plaine-Verte, cet homme de 57 ans, père de deux enfants, est fonctionnaire au ministère des Administrations régionales. Son cheval de bataille : le combat contre le trafic de drogue, depuis le décès d’un oncle par overdose. Ce drame ne laissera pas insensible Ally Lazer qui, le jour même, jure de dénoncer les barons de la drogue. Ce qui lui attire des représailles.


Ally Lazer


L’on tentera de l’intimider en le menaçant avec un revolver pour qu’il renonce à son combat. Mais c’était mal connaître Ally Lazer, plus que jamais déterminé à rendre la vie dure à ceux qu’il qualifie de « marchands de la mort ». Il sera l’un des fondateurs du centre de désintoxication Idrice Goomany à Plaine-Verte.

Depuis 50 ans, Sheela Baguant vient en aide aux plus démunis. « Cette récompense fait chaud au cœur, surtout quand c’est un choix du public. Je ne m’étais pas rendu compte que les Mauriciens suivaient mon parcours et appréciaient ce que je faisais. J’encourage les gens à s’investir davantage dans le social », dit-elle.


Sheela Baguant

Sheela Baguant est la cheville ouvrière de Shelter For Women and Children in Distress et la fondatrice de la Women’s Self-help Association et de la Mauritius Alliance of Women. Également membre du Comité sur l’éradication de la pauvreté absolue, elle a assisté, durant plus de 20 ans, des personnes autrement capables, à travers la Physically Handicapped Welfare Association.

Sportif : Stephan Buckland

Figure emblématique du sprint mauricien, Stephan Buckland a su non seulement se faire connaître, mais aussi l’île Maurice, dans les grands rendez-vous de l’athlétisme mondial. Cette récompense, il la dédie à tous ses fans : « C’est émouvant de savoir que le public me suit de près et m’encourage.


Stephan Buckland

C’est la meilleure motivation qui soit ! » Aux Jeux de la Francophonie au Canada en 2001, Stephan Buckland a fait une véritable razzia : trois médailles d’or lors des épreuves du 100m, 200m et relais 4x100m. Depuis, il n’a cessé de faire honneur au quadricolore : Jeux olympiques d’Athènes et de Pékin, Jeux du Commonwealth à Melbourne, championnats du monde, d’Afrique et d’Europe n’ont plus de secret pour celui qui est resté, des années durant, dans le top 10 des sprinteurs mondiaux.

Stephan Buckland détient toujours les records nationaux du 100m et 200m. En 2010, à l’âge de 33 ans, il a mis un terme à une riche carrière pour se consacrer à sa vie professionnelle. Désormais, il coache les jeunes du centre de formation du Réduit.

Syndicaliste : Jane Ragoo

On peut compter sur les doigts d’une main les femmes évoluant dans le milieu syndical. Jane Ragoo a pu s’y frayer un chemin. Avant tout, épouse et mère de famille, la co-présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (Ctsp) accueille cette récompense comme le fruit d’un dur labeur : « Un sentiment de satisfaction après que les auditeurs de Radio Plus ont reconnu tous les sacrifices consentis. Toutefois, les autres syndicalistes n’ont pas démérité et je leur dédie cette récompense. »

(Jane Ragoo, absente du pays, s’est fait représenter par sa fille.)

Si son père Jean Bajee, ancien employé de la CWA, était lui-même un représentant syndical, Jane Ragoo n’a jamais songé à lui emboîter le pas. À 19 ans, après ses études au collège Adventiste, sa priorité était de trouver un emploi. Deux choix s’offrent à elle : se faire embaucher à la Federation of Progressive Union (FPU) ou comme croupière.

Mais Jane Ragoo se laisse guider par sa mère et elle rejoint la FPU comme secrétaire. En 2001, Jack Bizlall lui propose d’être négociatrice syndicale. Si elle accepte timidement le défi, elle sait que c’est là une chance unique pour mieux comprendre les réalités du terrain.

Institution : l’aviation civile

« C’est le résultat d’un travail sérieux et rigoureux qui nous permet aujourd’hui de recevoir cette récompense », avoue Anand Gungah, directeur du département de l’aviation civile, qui facilite le décollage et l’atterrissage des avions à l’aéroport. De la tour de contrôle, les ingénieurs, munis de jumelles, observent les arrivées et les départs, et dans les bureaux, les aiguilleurs du ciel ont les yeux rivés sur les écrans radars.


Anand Gungah

Le département de l’aviation civile est également responsable de l’octroi et du renouvellement des Air Operation Certificates et des modalités concernant toute maintenance ou modification sur un appareil. Il accorde leur permis aux pilotes, hôtesses et stewards, ainsi que les permis d’accès à l’aéroport.
L’aviation civile est aujourd’hui confrontée à de nouveaux défis, tels que la prévention du terrorisme, les changements climatiques et les travaux d’agrandissement en cours à l’aéroport. Son rôle est encore plus déterminant concernant la sécurité des milliers de passagers qui prennent l’avion tous les jours.

Action citoyenne : Nicolas Ritter

Nicolas Ritter, premier Mauricien à avoir dévoilé publiquement sa séropositivité, a été parmi les premiers à s’engager dans la lutte contre le VIH/Sida : « Une grosse surprise de savoir que le travail accompli jusqu’ici est suivi par le public. C’est tout à l’honneur de l’équipe de Pils. »

Nicolas Ritter.

À 43 ans, Nicolas Ritter peut être fier d’un riche parcours, que ce soit sur le plan professionnel ou social. En 1996, il fonde Pils, la première organisation non gouvernementale engagée dans la lutte contre le VIH/Sida à Maurice.

Ce Curepipien consacre toute son énergie, depuis plus de 15 ans, aux personnes vivant avec le VIH/Sida. Au fil des années, il a contribué à la création de plusieurs autres Ong pour mieux combattre cette pandémie, telles que Vivre+, Collectif Urgence Toxida, Collectif Arc-en-ciel... Le combat de Nicolas Ritter a débouché sur plusieurs amendements apportés à la législation pour une meilleure prévention et la déstigmatisation du VIH/Sida.

Femme : Ameenah Gurib-Fakim

Ameenah Gurib-Fakim est fière d’avoir été choisie par les Mauriciens. « Le peuple m’a fait confiance et je suis ravie d’avoir pu apporter ma contribution pour faire revivre les valeurs ancestrales », explique la récipiendaire du prix Femme de la décennie.

Ameenah Gurib-Fakim

À 51 ans, c’est une scientifique accomplie. Pas étonnant : elle a été tour à tour première chargée de cours avec une thèse de doctorat à l’université de Maurice, professeur, première femme doyenne de la Faculté des sciences et première pro vice-chancelière de l’université de Maurice. Elle est aussi l’auteure de plusieurs ouvrages sur les plantes médicinales. Bref, elle a un CV très étoffé.

Dans son laboratoire, elle manipule les tubes à essai et les éprouvettes, toujours motivée par la même passion de la découverte. Ameenah Gurib-Fakim est une éminente spécialiste en matière de plantes médicinales. Mariée à un chirurgien et mère de deux enfants, cette native de Surinam, qui a grandi à Plaine-Magnien, est la seule femme à avoir réussi une telle prouesse, dans ce milieu dominé par les hommes.

Innovateur : Dhanjay Jhurry
Dhanjay Jhurry est connu et reconnu dans le domaine scientifique. Il a accumulé nombre de distinctions et, pour les 10 ans de Radio Plus, il a été récompensé comme innovateur de la décennie. Un prix qu’il accepte humblement, tout en précisant : « Je garde les pieds sur terre. Je suis très content d’avoir pu faire mon travail. Toutefois, il y a toute une équipe qui travaille avec moi et ce prix la concerne également ».


Dhanjay Jhurry.
Membre fondateur de l’Université populaire de Maurice, Dhanjay Jhurry est Associate Professor à l’université de Maurice. Il est surtout réputé pour sa contribution à rendre les sciences plus accessibles au grand public, car c’est un domaine sur lequel dépend grandement le monde en matière de recherches et de progrès pour le bien-être de l’humanité.

Entrepreneur : Lida O’Reilly
Elle a réussi à placer la haute couture mauricienne sur la carte mondiale. Une tâche pas évidente. Lida O’Reilly est fière d’être aujourd’hui reconnue par le peuple mauricien : « Quand on fait un travail qui vous tient à cœur, on se donne corps et âme. Maintenant que les auditeurs de Radio Plus me choisissent comme entrepreneur de la décennie, c’est une fierté et cela me donne de l’énergie pour continuer ce qu’on a commencé. »

Lida O'reilly.

Après avoir séduit une clientèle locale et touristique, Lida O’reilly a gagné en notoriété internationale grâce à des reines de beauté indiennes. La styliste, mère d’un fils de 12 ans, tient aussi un atelier de couture et une boutique à Curepipe. Elle emploie désormais une quinzaine de personnes. Un rêve d’enfance qui s’est réalisé.

Déjà toute jeune, Lida O’reilly, issue d’une famille de cinq enfants, se plaisait à confectionner des petites robes. Mais elle était loin de s’imaginer qu’elle allait se tailler une solide réputation dans le monde très exigeant de la haute couture. C’est en 2001 que l’aventure débute pour elle. Cette année-là, après 10 ans dans le tourisme, elle décide de se consacrer à sa passion pour la couture. Une décision qu’elle ne regrettera pas !




Last modified on Tuesday, 17 April 2012 03:17
Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Google+