Réalité virtuelle : la 3D en permanence

Par Raj Bissessur O commentaire
François Marc

Vous êtes jeune, éduqué, mais sans travail ? Des possibilités s’offrent à vous grâce à la réalité virtuelle. Vous pourriez même lancer votre propre entreprise sans grands investissements. Explications.

François Marc est à la tête de IGFX, une société spécialisée dans le numérique. Il a choisi de s’aventurer dans le domaine de la réalité virtuelle (Virtual Reality) (VR). Pourquoi ? « Le marché du développement de sites web est saturé. Donc, ce sera très difficile dans un avenir prochain de se positionner dans ce marché en développant uniquement les sites », répond-il.

« Mais si les jeunes commencent maintenant à se former dans la VR, je vois une très belle carrière pour eux. D’ailleurs, il n’y a pas que les jeunes, mais également les professionnels et les entreprises qui peuvent en tirer profit », ajoute-t-il.

« Très souvent, les gens n’écoutent pas les informations nécessaires et disent qu’ils n’ont pas de travail, qu’il n’y a pas de possibilités. Alors que des opportunités existent », dit-il.

Casques

Comment plonger dans la réalité virtuelle ? « Vous avez probablement vu des casques sur le marché. Le problème, c’est que très souvent, elles ne marchent pas ou que les gens ne savent pas s’en servir. Certains croient que c’est juste bon pour jouer en ligne ou regarder des films. La vérité, c’est qu’on est en train d’avoir recours à cette nouvelle technologie dans les domaines de l’éducation, de la médecine, de la promotion immobilière, etc. Le potentiel est énorme », explique notre interlocuteur.

Les casques jouent un rôle important dans la VR. François Mark explique : « Par exemple, si on organise un événement, au lieu de distribuer une brochure pour donner plus de détails, on remet un casque à la personne intéressée. Il pourra disposer de toutes les informations en images. Un autre exemple : un promoteur veut mettre en avant, lors d’un salon, la piscine annexée à la villa qu’il loue. Grâce à la réalité virtuelle, il peut montrer aux personnes intéressées la piscine comme si elle était là devant elles, comme si elles pouvaient la toucher. »

Google Cardboard

Il explique que la réalité virtuelle n’a pas pris un départ à Maurice parce qu’il n’y a pas de contenu. Il explique qu’il possède une base de données avec plus de 1 000 contenus à explorer par les passionnés.

(À ce moment de la conversation, il fixe des lunettes, le Google Cardboard, sur son téléphone portable et nous montre des images filmées sous la mer, en Australie. Il nous demande de les visionner tout en tournant la tête dans toutes les directions. On a alors l’impression d’être dans l’eau en compagnie des plongeurs. C’est époustouflant. C’est la beauté de la réalité virtuelle.)

« Extraordinaire, n’est-ce pas ? Mais il y a un manque d’éducation. Combien de gens à Maurice savent que ce genre de possibilités existe ? Il faut les éduquer à ce propos », déclare notre interlocuteur.

François Mark dit que sa firme est la première à avoir obtenu une certification Google qui permet de produire le Google Cardboard de qualité sous sa propre marque.