Reconstitution des faits à Richelieu : la présumée meurtrière face à une foule hostile

Par Kendy Antoine O commentaire
Véronique Marie Arcanthe

Véronique Marie Arcanthe, 30 ans, est retournée à Richelieu, Petite-Rivière, sur le lieu du crime. Elle est soupçonnée d’avoir assassiné sa tante Ginette Bellerose, 70 ans, le 11 novembre 2017. La jeune femme, qui était passée aux aveux la semaine dernière face aux enquêteurs de la Major Crime and Investigation Team (MCIT), est revenue en détails sur les moments précédant ce drame lors d’un exercice de reconstitution, lundi.

Conduite à Richelieu sous forte escorte policière vers 11 h 30, Véronique Arcanthe était encerclée par des limiers de la MCIT. Des éléments de la Special Supporting Unit étaient venus en renfort pendant que ceux de la police de Petite-Rivière ont délimité un périmètre de sécurité pour le bon fonctionnement de cet exercice.

Portant un casque, la présumée meurtrière a dû subir les quolibets et autres injures de nombreux habitants de la localité, qui n’ont pas caché leur colère. « Assassin », ont lancé certains dans l’assistance.

Véronique Arcanthe a  indiqué aux enquêteurs où elle se tenait lorsque la victime l’avait surprise et où elles en étaient venues aux mains avant qu’elle ne fasse taire sa tante pour toujours à coup de couteau.

Au terme de cette reconstitution des faits, la présumée meurtrière a été reconduite en cellule policière.