Rétrospective : ces cas qui ont retenu votre attention

Par Mélanie Valère Cicéron O commentaire
Xplik ou K

Parmi les milliers de cas dont vous avez entendu parler à la radio ou que vous avez pu lire dans les journaux, il y en a quelques-uns qui ont retenu toute votre attention et dont vous vous souvenez encore. Coups de cœur, émotions, révolte… Retour sur les moments inoubliables de 2017.

L’opération « Enn lakaz enn sourir » rend deux familles heureuses

À travers l’opération Enn lakaz enn sourir, Xplik ou K a pu aider deux familles. À commencer par les Bundhooa, habitant Khoyratty et dont la fille de quatre ans est atteinte de leucémie (photo ci-contre). La famille qui vivait dans des conditions déplorables a reçu de l’aide. Idem pour le couple Parsuramen (ci-dessous), qui avait tout perdu dans l’incendie ayant ravagé sa maison en juin. Notre équipe entend bien poursuivre sa mission…


Moment d’émotion : deux jeunes SDF ont reçu de l’aide

Leur histoire a fait couler beaucoup de larmes. L’un a 19 ans et l’autre 14 ans. Dans les deux cas, ils ont été abandonnés par leurs pères et leurs mères respectifs, tous deux malades et ne pouvant plus s’occuper d’eux. Ces jeunes se sont retrouvés à la rue, livrés à eux-mêmes et contraints de mendier pour un peu de nourriture. Leur abri de fortune à la nuit tombée : un banc dans le jardin de Plaine-Verte ou des véhicules abandonnés sur des terrains en friche.

Tous deux racontent comment ils ont été agressés dans la rue et comment ils ont été pris au piège dans le cycle infernal de la drogue synthétique. Le jeune homme a pu trouver du travail, tandis que la Child Development Unit (CDU) et l’Ombudperson Office ont pris en charge le mineur. On se rappelle de la venue de Rita Vencatasawmy, des officiers de la CDU et des officiers de la brigade des mineurs dans les locaux de Radio Plus pour venir en aide à l’enfant en détresse.


Acte de barbarie et empoisonnement de chiens

Dans plusieurs régions de l’île, il y a des tueurs de chiens qui sévissent. Le cas le plus récent est celui de Blackly, agressé au sabre. Cela avait soulevé un tollé. Depuis cet incident, d’autres maîtres ont contacté la rédaction d’Xplik ou K pour parler des actes de barbarie dont ont été victimes leurs animaux de compagnie cette année. C’est en pleurs qu’ils ont exprimé leur colère à l’antenne. Toutes ses affaires ont été rapportées à l’Animal Welfare Unit et à la police.


Arnaque : un touriste paie Rs 296 000 pour 11 vêtements

Cet article a été vivement commenté sur les réseaux sociaux. Al Hinaai Qaim, un touriste omanais, avait produit des reçus attestant qu’il avait acheté 11 vêtements dans un magasin à Poste-de-Flacq pour la somme de Rs 296 000. L’étranger dit ne pas s’être rendu compte tout de suite qu’il avait été victime d’une arnaque. Ce n’est que lorsque sa banque, basée en Oman, lui a envoyé un message qu’il a pris connaissance du montant déduit. Il est alors retourné au magasin où la vendeuse n’a rien voulu entendre. L’affaire a été confiée à la Consumer Affairs Unit.


Les Rs 1500 de la honte

Si l’année 2017 se termine sur une bonne note avec l’introduction du salaire minimal, en début d’année, de nombreuses personnes ont appelé la rédaction pour faire part de leurs conditions de travail. On se rappelle encore du salaire de misère de Rs 1 500 que percevaient les Cleaners. On se remémore surtout de la bataille menée par les syndicalistes, de la grève de la faim qui a suivi et qui a mobilisé toute la société civile et finalement de l’annonce tant attendue du Premier ministre. Bravo aux travailleurs et aux syndicalistes !