Seerungen saga : cover-up d’un haut gradé de police déjoué

Par Irfaad Olitte O commentaire
Saven Seerungen

Saven Seerungen était à deux doigts de se tirer d'affaire dimanche soir. Après que des limiers de la CID de Beau-Bassin ont surpris le fils du Deputy Commissioner  of Police (DCP) Tangavel Seerungen en pleins ébats avec une prostituée dans une BMW aux abords du Royal Garden à Beau-Bassin, il y a eu une ingérence au plus haut lieu de la police pour que cette affaire soit étouffée.

C'est à bord de la BMW de fonction du DCP Tangavel Seerungen, garée sur un terrain en friche que des membres de la CID de Beau-Bassin ont surpris ce couple. Ils ont été tous les deux conduits au poste de police de la localité. Le délit qui leur est reproché est gross indecency act in public.

Une fois au poste de police, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Alors que Saven Seerungen et la prostituée étaient en état d'arrestation, un haut gradé s'est rendu au poste de police de Beau-Bassin en quatrième vitesse aux petites heures de lundi. Dans un premier temps, il a ordonné qu'aucune entrée ne soit consignée pour qu'il n'y ait aucune trace de cet incident. Après cette tentative de cover-up,  le haut gradé a autorisé Saven Seerungen et la prostituée Marie à rentrer chez eux. « Les zot ale, mo pe donn instriksion », a-t-il dit.  Les policiers présents étaient visiblement agacés par l'intervention de leur supérieur hiérarchique.

Le CP Nobin informé

Quand le couple a quitté le poste de police, seule une entrée a été consignée dans le Diary Book faisant état que ce couple a été autorisé à partir après une séance de questionning sans qu'aucun détail sur les faits qui leur sont reprochés ne soit mentionné.

Mais pas de cadeau pour  ce fils du haut gradé Seerungen, car le lendemain, cet incident s'est répandu comme une traînée de poudre au sein de la Western Division. Même les Casernes centrales ont eu vent de cette affaire, y compris la tentative de cover-up. Selon nos recoupements, le Commissaire de police, Mario Nobin, a été informé de cette affaire dans les moindres détails.

Le Divisional Commander de la Western Division, l'Assistant commissaire de police Anil Kumarsing Dip, a vite fait de prendre le taureau par les cornes. Il a convoqué le haut gradé qui est intervenu pour que le fils du DCP Seerungen soit autorisé à partir sans que les formalités de l'enquête policière ne soient respectées. Ce chef enquêteur en a alors pris pour son grade.

Après avoir été rappelé à l'ordre, ce même policier a été prié « de fer lenket kouma bizin » dans cette affaire. Ce qui a alors débouché sur l'arrestation de Saven Seerungen, mardi. Pendant ce temps, il n'y avait aucune trace de la prostituée.

Saven Seerungen a consigné sa déposition au poste de police de Beau-Bassin, puis il a été traduit devant le tribunal. Vu l'heure tardive à laquelle il a été présenté en cour, la caisse était déjà fermée. La cour lui avait infligé une caution de Rs 5 000 et un engagement de dette de Rs 50 000. Ne pouvant s'acquitter de cette somme, le même chef enquêteur serait intervenu auprès de la magistrature afin que Saven Seerungen ne passe pas la nuit en détention policière. Il a alors pris l'engagement que ce dernier se présentera en cour le lendemain pour s'acquitter de sa caution. Chose promise, chose faite le lendemain.

Pendant ce temps, les Casernes centrales ont ordonné une enquête départementale sur cette tentative de cover-up. C'est le surintendant de police Daniel Monvoisin qui a eu la responsabilité de mener cette enquête « en toute transparence ». Entre-temps, le chef inspecteur Mooroogessen, du poste de police de Beau-Bassin, a été muté à celui de Quatre-Bornes.

Les Casernes centrales : aucun 'cover-up'

Le responsable du service de presse de la police, l'inspecteur Shiva Coothen, maintient que tout est fait dans les règles : "Il n'y pas de 'cover-up' dans cette affaire, les procédures sont respectées et le DCP Tangavel Seerungen ne s'est pas ingéré dans cette enquête; d'ailleurs, il montre peu d'intérêt aux retombées de cette enquête".


Saven Seerungen et ses liaisons dangereuses

Âgé de 34 ans , Saven Seerungen, employé de banque, s'est rendu célèbre pour ses frasques avec les filles de joie. Le 27 mai 2016, alors qu'il était en quête de filles de joie aux abords d'un restaurant à Rose-Hill, il s'était fait attaquer par une prostituée et son souteneur. Les travailleurs du sexe avaient volé la voiture à bord de laquelle il se trouvait. Il s'agissait d'une berline que la force policière avait mise à la disposition de son père, le DCP Tangavel Seerungen. Ce soir-là, la prostituée et son souteneur avaient tenté de soutirer de l'argent à Saven Seerungen.

Une affaire en chasse une autre. Nous sommes le 24 décembre. L'heure est a la fête a l'occasion du réveillon de Noël. Saven Seerungen s'offre une virée dans les basses Plaines-Wilhems à bord de la BMW de fonction de son père. Il propose une fille de joie Rs 1000 pour une escapade. Alors que le couple s'offrait une partie de jambes en l'air sur le siège arrière de la berline sur un terrain en friche à Beau-Bassin, une patrouille policière les surprend en petite tenue.