Selon The Standard : la SBM Holdings devient le deuxième opérateur au Kenya

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
SBM

En l’espace d’un an, le groupe financier mauricien SBM Holdings Limited s’est transformée en une importante enseigne au Kenya. Une analyse détaillée publiée dans The Standard, une des principales publications de ce pays, retrace ce parcours ayant pris de court le marché.

Citant Daniel Kamau, Chief Executive Officer (CEO) de la firme Fusion Capital, le journal fait ressortir qu’en se fondant sur le cumul des actifs de la SBM Holdings, le groupe est déjà un opérateur majeur dans la première économie de l’Afrique de l’Est. Les actifs avoisineraient les 5,33 milliards de dollars, selon Daniel Kamau. En guise de comparaison, dit-il, ces actifs regroupés de la SBM arrivent en deuxième position, la première place étant occupée par la Kenya Commercial Bank.

Montée en puissance

Dans sa livraison du mardi 6 février, le quotidien explique que la SBM Holdings est montée en puissance à travers des acquisitions qui donnent à son entité kenyane 95 branches. D’abord, il y a eu l’acquisition de la Fidelity Commercial Bank (14 branches), qui se classait 21e des 41 banques du pays. Par la suite, avec son entrée dans le capital de la Chase Bank, ce sont 62 branches additionnelles qui tombent dans l’escarcelle et auxquelles s’ajoutent les 19 branches de la Rafiki Microfinance Bank.

L’expansion en terre kenyane fait partie de la stratégie du groupe SBM Holdings à déployer ses ailes à l’étranger et diversifier hors du marché compétitif local. En parallèle au Kenya, la SBM Holdings a accru sa présence à Madagascar. Aux Seychelles, elle a déjà obtenu le feu vert des autorités. En Inde, elle est la première banque étrangère à y avoir une subsidiaire opérant en toute autonomie. En novembre 2017, Kee Chong Li Kwong Wing, président du conseil d’administration de la Holding, a indiqué que le groupe a des ambitions au Rwanda et en Afrique du Sud. Qui plus est, la SBM Holdings a, depuis le 27 janvier dernier, son groupe CEO en la personne d’Andrew Bainbridge.

Une consolidation effective des trois enseignes qui sont désormais regroupées sous la SBM Kenya et la publication des comptes est attendue par les analystes et observateurs. En attendant, on ne peut passer sous silence le fait que la SBM Holdings a fait son entrée dans le secteur bancaire kenyan en période de crise, chute des opérateurs et profitabilité en baisse, fait ressortir The Standard.

D’ailleurs, pour acquérir la Fidelity Commercial Bank en situation de difficulté, le groupe mauricien a déboursé 100 shillings avec la condition d’injecter 1,5 milliard de shillings.