Université de Maurice : un exercice de promotion provoque la grogne

Par Cedric Ramasawmy O commentaire
UoM

Sentiment de ras-le-bol et de frustration à l’Université de Maurice. Un exercice de promotion pour le poste de Principal Executive Assistant (PEA) a provoqué le désarroi des employés. Des protestations ont été logées auprès de l’administration du campus.

« Les critères pour cet exercice de promotion n’ont pas été respectés. » C’est ce qu’avance un des employés de l’institution. Selon ses dires, l’Université avait émis un communiqué le 4 septembre dernier pour l’exercice de promotion de sept différents postes, y compris celui de PEA. « Selon les critères établis par l’administration, ceux qui sont éligibles pour ce poste de PEA devaient posséder un diplôme et surtout un minimum de quatre ans d’expérience comme Senior Executive Assistant (SEA). C’était logique que les SEA ayant plus d’expérience obtiennent cette promotion », explique un des membres de l’administration de l’UOM.

L’institution de Réduit avait, selon nos recoupements, prévu deux postes vacants de PEA. « Environ une dizaine de candidats ont postulé, mais la personne qui devait être promue a été écartée au cours de cet exercice de promotion. Elle était totalement éligible, puisqu’elle avait plus de quatre ans d’expérience et l’heure était venue pour elle d’obtenir cette promotion. Or, l’administration a opté pour une candidate qui n’a même pas quatre ans d’expérience après l’obtention de son diplôme », allègue-t-il. »

Les « personnes déçues » ont envoyé leurs doléances à l’administration et également à l’University of Mauritius Non Academic Staff Union. Sollicité, un membre du syndicat confirme, ajoutant que « leurs doléances sont tombées dans l’oreille d’un sourd  ». « Nous avons demandé une rencontre urgente avec la direction. Nous espérons que cette réunion aura lieu dès le début de la semaine », souhaite-t-il.

Certains SEA comptent alerter l’Equal Opportunity Commission (EOC).  Contacté, le vice-chancelier de l’Université, Dhanjay Jhurry, nous a répondu ceci : « Désolé je ne peux vous répondre maintenant, c’est dimanche. Si vous voulez me parler pour le travail, il vous faut me rappeler demain (NDLR ce lundi 4 décembre). »