Université du troisième âge : offrir aux aînés un accompagnement pour leur retraite 

Par Ledweena Ramasawmy-Mohun O commentaire
Université du troisième âge

L’Université du troisième âge de Maurice a organisé une cérémonie de remise de certificats le samedi 27 janvier 2018. Environ 500 étudiants ont reçu leur certificat à l’auditorium Octave-Wiehé, au Réduit. 

Vêtus de leurs beaux habits, les yeux pétillant de joie, les aînés ont retrouvé leur jeunesse, le temps de prendre la pose en tenant fièrement leur certificat. Ces étudiants de l’Université du troisième âge de Maurice (U3AM) ont reçu un certificat attestant leur participation dans plusieurs cours. Cette cérémonie se déroule tous les ans.  

Je le fais pour rester en forme, mais aussi pour montrer aux autres que la vie ne s’arrête pas après la retraite» : Marie Ange

Depuis sa création en 2013, l’U3AM a connu un succès retentissant. Des seniors, de jeunes retraités, ont la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances, de partager leur savoir, mais aussi de faire la rencontre d’autres personnes et de participer à des ateliers. L’U3AM dispense plus d’une vingtaine de cours, notamment de peinture, de cinéma, d’informatique, de sciences sociales, de langues, de yoga et de massage, dans des centres à travers l’île.

Jeunesse retrouvée 

George Francis et son épouse Georgette, âgés d’une soixantaine d’années et résidant à Goodlands, ont intégré l’U3AM en janvier 2017. Ils ont suivi des cours de natation, de yoga, de Zumba et de sociologie. Georgette est excitée à l’idée d’enfiler la toge et la toque pour prendre son certificat.

« J’ai retrouvé ma jeunesse », dit-elle. Cette ancienne ouvrière d’usine se sent plus épanouie. « Nous nous sentons plus à l’aise pour nous exprimer. Nous apprenons beaucoup ». 

Son époux, un ex-mécanicien, concède qu’il fait ces activités pour être en meilleure santé. « Mo senti mwa pli fit. » 

Nous nous sentons plus à l’aise pour nous exprimer. Nous apprenons beaucoup» : Georgette

Sorties fun

L’ex-policier Jaysingh Ramheet abonde dans le même sens. Cet habitant des Plaines-Wilhems est âgé de 68 ans. Depuis la mise sur pied de l’U3AM, il en est à son quatrième certificat. Cette année, il a reçu un certificat pour sa participation dans la langue hindi, l’informatique et la danse.

« J’aime les activités, les sorties, les educational tours de l’université. Aussi longtemps qu’il y aura cette institution, j’y serai », dit le sexagénaire. Il ajoute que ses enfants sont là pour l’aider et l’épauler. Ces derniers se font un plaisir de l’aider dans ses devoirs. 

On apprend toujours quelque chose de nouveau. Je ne voulais pas être cloîtrée entre les murs de la maison. ‘Mo kontan sorti pou zwen mo bann kamarad’» : Ben Yacoob

Du nouveau

Ben Yacoob, âgée de 72 ans, n’a jamais travaillé de sa vie. Ce choix vient de son époux, qui a voulu qu’elle s’occupe uniquement de la maison et des enfants. La septuagénaire a eu une scolarité jusqu’à la School Certificate, mais elle est demeurée femme au foyer. C’est par le biais de sa cousine qu’elle a appris l’existence de l’U3AM. Et ses six enfants l’ont encouragée. Désormais, la septuagénaire n’a pas de regrets. Elle s’était inscrite au cours d’informatique, de yoga et de langue. 

« On apprend toujours quelque chose de nouveau. Je ne voulais pas être cloîtrée entre les murs de la maison. Mo kontan sorti pou zwen mo bann kamarad », ajoute la septuagénaire. Elle désire poursuivre si sa santé le lui permet. 

Développements

Ex-enseignante d’école préscolaire, Asha Bundhoo a 75 ans. Domiciliée dans la région de Goodlands, elle s’était inscrite à l’U3AM en mars 2017 pour des cours de musique, en informatique, en cuisine et en Zumba. « Ti enn lokazion pou mo sorti, zwen kamarad, partaze e dialogue ». La septuagénaire dit privilégier l’amitié qu’elle entretient avec les autres membres de l’U3AM. 

« Zordi nou pe konn servi enn portab kouma bizin. Nou pe adapte avek bann developman. Li enn plis pou nou. Ena bokou pou aprann e partage. » 

J’aime les activités, les sorties, les “educational tours” de l’université. Aussi longtemps qu’il y aura cette institution, j’y serai» : Jaysingh Ramheet

Apprendre

Ancien employé de banque, Sooman Shunker est un jeune retraité. Âgé de 60 ans, il avance que l’U3AM est d’une grande importance. « Les aînés auront quelque chose à faire, à apprendre. Il vaut mieux apprendre de nouvelles choses que de dériver sur une mauvaise voie », dit cet habitant de Belle-Vue Maurel. Il s’est inscrit aux cours de natation, en psychologie et en informatique. En sus de prendre des leçons, le sexagénaire est aussi formateur pour l’U3AM. Il dispense des cours de langue hindi. 

Vie post retraite

Deux jeunes retraités, Clency Mungly et son épouse Marie Ange, de Rose-Hill, se sont inscrits pour les cours en janvier 2017. Marie Ange, 61 ans, est une ancienne infirmière et Clency, 64 ans, est un ex-cadre d’une firme privée. Ils se sont laissé séduire par le tai-chi, le Ballroom Dance et la musique. Ils ne regrettent pas leur choix et ont déjà renouvelé leurs inscriptions pour d’autres cours. Le couple est aussi très actif dans le social.

« Je le fais pour rester en forme, mais aussi pour montrer aux autres que la vie ne s’arrête pas après la retraite », souligne Marie Ange. Le couple est unanime : ces cours leur donnent la possibilité de s’épanouir. Ils les aident aussi à rester zen. 

Le couple Mungly, marié depuis 40 ans, est encouragé par ses enfants et petits-enfants dans sa démarche. 

Selon Clency, « l’épanouis-sement n’est pas uniquement intellectuel, mais aussi social. Ceux qui sont capables doivent se mettre au service des autres. » Le couple Mungly est d’avis que l’initiative de l’U3AM répond aux besoins des aînés. 

Pour sortir de l’isolement

« Cette initiative permet aux aînés de sortir de leur isolement et leur offre un accompagnement pendant leur retraite », indique le président et cofondateur de cette université, Armoogum Parsuramen, ancien ministre de l’Éducation (1988-1995), ancien conseiller auprès de la Banque mondiale (1997-1998) et ancien directeur et représentant de l’Unesco (1998-2011). 

« C’est une façon de rendre hommage aux seniors, qui sont les piliers du développement du pays. Il est important qu’ils poursuivent leurs études pour pouvoir profiter de ces développements et retrouver leur dignité », ajoute-t-il.

L’ex-ministre a aussi présenté Mona Kanaan, docteur en pharmacie et directrice de la société Pour être bien chez soi, basée à l’île de la Réunion. Celle-ci offre des services à domicile, tels que l’accompagnement et la coordination des niveaux de soins des personnes âgées et vulnérables.