Verger Des Fruits Cristallisés Ltée : une micro-entreprise familiale en maturité pour murir davantage

By Vijayan Ayassamy O commentaire
Verger Des Fruits Cristallisés Ltée

Le dur labeur porte toujours ses fruits. Clifford Malépa en connaît un rayon sur les fruits.

Son entreprise Verger Des Fruits Cristallisés Ltée est passée de la boutique du coin, aux supermarchés et est désormais orientée vers l’exportation pour ne pas rester qu’une PME avec ses fruits cristallisés et pâtes de fruits. L’agenda de Clifford est chargé de projets.

Voilà une douzaine d’années que ce Rosehillien et ses proches ont commencé à cristalliser des fruits, notamment des bilimbis, mangues, olives, tamarins et autres, pour les emballer dans des sacs en plastique avant de les écouler dans les boutiques et tabagies de la localité. Au fur et à mesure et grâce à l’accueil de la clientèle pour des produits authentiquement mauriciens, la micro-entreprise familiale décide de pousser l’expérience un peu plus loin en proposant ses produits à des supermarchés et des hypermarchés. Toutes les enseignes acceptent de commercialiser les fruits en barquettes et les affaires de Verger Des Fruits Cristallisés Ltée marchent.

Entre-temps, l’entreprise  change d’emplacement car les demandes affluent et les perspectives s’annoncent prometteuses. «  C’est grâce au soutien de Girish Ramjuttun de La Caze Mama et d’Entreprise Mauritius que j’ai pu percer sur le marché australien. Sous le label La Caze Mama, j’ai pu répondre aux attentes de la diaspora mauricienne, car elle est toujours friande et nostalgique des produits authentiques locaux », confie Clifford Malépa.

Toujours avec l’aide d’Entreprise Mauritius, les produits de la compagnie pénètrent le marché britannique sous le label Dodo Trade. Ils sont placés dans des épiceries situées dans des quartiers à forte concentration de la diaspora mauricienne.

Clifford Malépa.

Mais Clifford Malépa en a à en revendre et capitalise sur la qualité pour diversifier sa gamme de produits. En décembre dernier, il lance des pâtes de fruits sous la marque Mau Dodo Sucré avec le logo Le Plaisir d’Offrir. L’objectif est clair. Il s’agit maintenant de séduire une clientèle haut de gamme, notamment des touristes. « Le marché a vite adopté le nouveau produit dans sa boîte noire ornée d’une tête de Dodo », explique-t-il.

Aujourd’hui, la compagnie accorde davantage de priorités à la production et à la distribution des pâtes de fruits. « Le goût authentique de ces produits et la qualité du coffret que je vais bientôt améliorer attirent surtout les touristes. Ils les achètent pour offrir comme présent à leurs proches à leur retour », souligne notre interlocuteur.

Les perspectives sont très florissantes, selon lui. « Je ne veux plus rester à notre niveau de PME. Nous avons des produits forts et nous voulons voir plus grand. Nous ne voulons pas rester dans notre niche market, mais voir au-delà où les possibilités sont énormes», résume Clifford.

Passer à l’HACCP

Pour répondre aux exigences de qualité du marché international où l’entreprise veut s’exposer davantage, elle entamera bientôt les procédures pour la certification Hazard Analysis and Critical Control Points (HACCP). Celle-ci est prescrite par les autorités européennes et autres pour assurer l’hygiène des aliments. « Pour pouvoir élargir les horizons, nous devons l’adopter. Certes, ce sera un processus long et pointilleux. Grâce à Enterprise Mauritius, nous aurons du consulting pour voir comment y procéder », confie-t-il.

Préparation artisanale

Depuis le début de l’entreprise, le traitement des fruits est resté artisanal et elle tient à le maintenir ainsi. Elle a d’ailleurs l’aide d’Entreprise Mauritius et de la Small and Medium Enterprise Development Authority pour pouvoir effectuer cinq tests de ses produits en laboratoire gratuitement, selon le programme Free Market Test .

« Adopter une exploitation industrielle, c’est produire davantage mais parfois au détriment de la qualité. En poursuivant avec une production artisanale, nous garantissons la qualité. Mais je tiens à remercier les autorités pour avoir financé la visite d’un consultant pour effectuer une étude des forces et des faiblesses de l’entreprise », déclare-t-il.

Le carambole disparaît

La compagnie a ses fournisseurs habituels. Selon les saisons des fruits, ils apportent des fruits frais. Cependant en certaines occasions, Clifford Malépa, propriétaire de Verger Des Fruits Cristallisés Ltée, doit se rendre sur les marchés au gros. « Il y a des fruits qui sont plus rares tels que le carambole.

Comme son nom en anglais l’indique Starfood, c’est vraiment une étoile parmi les fruits. Toutefois, il devient rare maintenant. Les caramboliers disparaissent, car les propriétaires les abattent parce qu’ils constituent un vivier de moustiques. »