Vol avec circonstances aggravantes : 15 mois d’emprisonnement à un mécanicien de 23 ans

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
Cour intermediare

Un mécanicien de 23 ans a été condamné à 15 mois d’emprisonnement par la magistrate Nadjiyya Dauhoo pour vol. Il a également écopé de 12 mois d’emprisonnement pour tentative de vol. Il purgera les peines simultanément.

Ce mécanicien de 23 ans faisait l’objet de deux accusations devant la cour intermédiaire, notamment pour tentative de vol et vol. Il a plaidé coupable lors de son procès.

Le 11 mars 2016, à Eau-Coulée, il avait tenté de pénétrer par effraction dans une maison, mais, celle-ci était bien sécurisée. Il n’a pu commettre son forfait. Toutefois, cela ne l’a pas empêché de récidiver, le lendemain, soit le 13 mars 2016. Cette fois, il s’est armé d’outils. Il a pénétré chez un homme de 64 ans à Eau-Coulée. Il a endommagé les barreaux pour avoir accès dans la maison.

Au cours de ce cambriolage, il a emporté plusieurs articles, notamment un ordinateur portable, une caméra, une bouteille de whisky de la marque Red Label, des devises étrangères  et plusieurs bijoux.

Au cours de l’enquête, la police a récupéré une partie des devises étrangères, qui ont été remises au sexagénaire.

« Circonstances aggravantes »

Dans son jugement, la magistrate Nadjiyya Dauhoo soutient avoir pris en considération les circonstances entourant les délits commis par l’accusé. Elle évoque qu’il y a eu des circonstances aggravantes, car l’accusé s’était armé d’outils pour pénétrer par effraction au domicile d’un pensionnaire. Ce dernier était vulnérable.

De plus, elle note que l’accusé a été condamné en quatre occasions pour les délits similaires et qu’il n’a pas tenté de changer de vie. Par ailleurs, l’accusé a fait des aveux lors de sa déposition à la police.

La cour affirme donc qu’elle a un devoir d’envoyer un signal fort et de protéger la société contre ce genre de criminel.

Même si l’accusé a plaidé coupable, qu’il a présenté des excuses et a réclamé l’indulgence de la cour, la magistrate est catégorique qu’une peine d’emprisonnement est justifiée dans son cas.

Toutefois, les 261 jours que l’accusé a passés en détention préventive dans le cadre cette affaire seront déduits à sa peine.