Faits Divers

Accident fatal à Curepipe : une collégienne grièvement blessée, son ami meurt sur le coup

Un nouveau drame s’est joué sur la route, mardi matin. Aman Dowlut, 21 ans, a trouvé la mort lors d’un terrible accident à Curepipe. Le jeune motocycliste était en compagnie d’une collégienne de 17 ans. Il est mort sur le coup, sa passagère a été admise à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de Rose-Belle.

Aux dires de ses proches, Aman Dowlut est sorti de sa maison à l’Escalier vers 7 heures. Il s’est rendu à Curepipe où il a récupéré une collégienne. Selon les premiers éléments d’enquête, l’adolescente fréquente un collège à Réduit. Elle n’avait pas cours ce jour-là.

Après avoir récupéré la collégienne, ils se sont dirigés vers le Sud. En route, le malheur a frappé. Au rond-point de La Vigie, le jeune motocycliste aurait tenté de doubler un véhicule. Durant cette manœuvre, le deux-roues s’est retrouvé sur la chaussée inverse. Un camion qui faisait route en sens opposé les a alors heurtés de plein fouet. Les deux occupants de la motocyclette ont été projetés. Le jeune homme s’est retrouvé sur le bas côté, la collégienne a été projetée quelques mètres plus loin.

La police de Curepipe a été mandée sur les lieux. Les deux victimes étaient inconscientes. Le SAMU, une fois sur  place, devait constater qu’Aman Dowlut avait rendu son dernier souffle. Les policiers ont récupéré le sac de la collégienne où elle avait rangé son uniforme. Gravement atteinte, elle a été conduite à l’hôpital Jawaharlall Nehru, de Rose-Belle. Elle a subi une délicate intervention au crâne et a été admise à l’unité des soins intensifs.

Le chauffeur a subi un alcotest qui s’est avéré négatif. Durant son interrogatoire, il dit avoir aperçu la motocyclette qui venait à vive allure. «  Monn ralenti me mo pann kapav fer narnie », devait-il expliquer aux enquêteurs. Il a comparu en cour de Curepipe sous une charge provisoire d’homicide involontaire, avant de s’acquitter d’une caution.

La famille de la collégienne est accablée par cette affaire. Les proches étaient nombreux à se rendre à son chevet. « Elle a reçu un coup à la tête. Elle a subi une opération et doit se reposer. Le médecin nous a dit qu’il faut attendre 24 heures pour savoir si elle se portera mieux », confie son père.

Chez les Dowlut à l’Escalier, nul ne s’attendait à une telle tragédie. « Aman m’a demandé Rs 200 avant de sortir de la maison. Il voulait se rendre à Mahébourg », relate son oncle Vinod. « Son père lui a remis la somme et trois heures plus tard, nous apprenions avec stupéfaction son décès… »

« Certes, il a eu des problèmes par le passé, mais c’était un bon garçon. Il était poseur de plaques de dalle dans le secteur de la construction », poursuit l’oncle. La victime, déjà arrêtée pour une affaire de mœurs, laisse derrière lui une famille dévastée par cette soudaine disparition. Ses funérailles auront lieu ce mercredi.